Newsletter

Classement des "jeunes" universités : 15 Françaises dans les 150 premières mondiales

Baptiste Legout
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Université UPMC-Jussieu - Fresque Post-it symbolisant la connaissance - WelcomeWeek ©C.Stromboni oct.2012
À la neuvième place, l’UPMC, créée en 1971, est la première université française de ce classement.
Après son palmarès des universités à taille humaine publié en janvier 2016, le Times Higher Education continue de feuilletonner ses rankings. Dernier en date, le classement des "jeunes" universités 2016 met en avant des universités françaises créées après 1968.

Conscient que les établissements les plus jeunes sont souvent défavorisés dans les classements internationaux, le Times Higher Education présente mercredi 6 avril 2016 la cinquième édition de son ranking des universités créées il y a moins de 50 ans. Il est dominé par l’EPFL (École polytechnique fédérale de Lausanne) en Suisse, la Nanyang Technological University de Singapour et la Hong Kong University of Science and Technology.

L’objectif affiché ? Accorder plus de visibilité à d’autres types d’établissements que les grandes universités anglaises et américaines, pour la majorité très anciennes.

Au total, 39 pays sont représentés et l’Europe continentale et l’Asie trustent 63% des places.

La France troisième par le nombre d’établissements

Souvent créées après 1968 ou parfois issues de fusions plus récentes, les universités françaises ont plus de facilités à entrer dans ce palmarès que dans le ranking général. La France arrive ainsi à placer 15 établissements dans le top 150 et apparaît comme le troisième pays le plus représenté, derrière le Royaume-Uni (25 institutions) et l’Australie (19) mais devant l’Allemagne et l’Espagne (10 chacune).

Avec sa neuvième place, l’UPMC, créée en 1971, est la première française de ce nouveau palmarès. Elle est suivie de près par Paris-Sud (18e), Paris-Diderot (25e) et Paris-Descartes (28e).

Les autres grandes villes ne sont pas en reste : Aix-Marseille Université est 40e, tout juste devant l’université Toulouse 1 - Capitole (41e), l’université de Bordeaux (55e) et l’université de Montpellier (63e).

de jeunes anciennes !

D’après Phil Baty, éditeur du classement, ces bons résultats s’expliquent avant tout par le fait que nos "jeunes" universités sont en réalité bien plus anciennes : "Les représentants français bénéficient d’une longue histoire qui remonte à bien plus de 50 ans, mais ils sont inclus dans notre palmarès sur la base des réformes qu’ils ont subies dans les années 1970."

Le THE souligne cependant les efforts récents : "Le gouvernement a amélioré le système d'enseignement supérieur du pays au cours des dernières années, en donnant aux universités une plus grande autonomie dans le financement et en les encourageant à nouer des partenariats de recherche avec l'industrie." Des améliorations qui porteront leurs fruits lors des prochaines éditions ?

Les universités françaises dans le classement des "jeunes" universités du THE

U50 Rang 2015-16 Institution Date de fondation
9 Université Pierre-et-Marie-Curie 1971
18 Université Paris-Sud 1971
25 Université Paris Diderot – Paris 7 1970
28 Université Paris-Descartes 1971
40 Aix-Marseille Université 2012
41 Université Toulouse 1-Capitole 1970
55 Université de Bordeaux 2014
63 Université de Montpellier 1970
69 Université Paris-Sorbonne – Paris 4 1971
85 Université Lille 2 – Droit et Santé 1970
90 Université Lyon 1 Claude-Bernard 1971
101-150 Université Panthéon-Sorbonne – Paris 1 1971
101-150 Université Paris-Dauphine 1968
101-150 Université Paris-Nord – Paris 13 1970
101-150 Université Rennes 1 1970

Source : Times Higher Education

Nombre d'établissements par pays

Pays 2015-16 Nombre d’institutions
Royaume-Uni 25
Australie 19
France 15
Allemagne 10
Espagne 10
Italie 6
Taiwan 5
États-Unis d’Amérique 5
Canada 4
Corée du Sud 4

Source : Times Higher Education


Baptiste Legout | Publié le

Vos commentaires (2)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Yves Epelboin.

Je confirme que ce classement n'a pas de sens. Il mélange des institutions crées ab-initio et des restructurations. L'EPFL n'est pas plus nouvelle que nos universités. Elle existait sous une autre forme. A titre d'exemple, on a fêté en 2009 le 200ème anniversaire du laboratoire où j'ai fait ma recherche à l'UPMC ! Bref, jetez le !

Sirius.

Ce classement est ridicule. S'en prévaloir, encore plus. En 1970/71 les universités françaises, dont la Sorbonne, éclatent en de multiples universités. C'est l'art de faire du "jeune" avec du vieux. En 2010/2012 elles fusionnent : cela fait de nouvelles "jeunes universités". La seule université nouvelle dans ce classement est Dauphine.