Newsletter

Classement du Times Higher Education : 5 établissements français dans le top 200


Publié le
Envoyer cet article à un ami
La tour Zamansky à Jussieu
La tour Zamansky à Jussieu
Cinq universités françaises apparaissent dans les 200 meilleures universités internationales, selon le classement 2011-2012 du Times Higher Education britannique paru le 6 octobre. Parmi elles, un nouvel arrivant.

Pour sa huitième édition, le classement annuel 2011-2012 du Times Higher Education, publié le 6 octobre 2011, compte 5 institutions françaises dans son top 200. Par rapport à l’édition précédente, la France voit apparaître un établissement de plus (Paris 7 Diderot). L’Ecole normale supérieure (59ème place), dame la première place à l’école Polytechnique qui recule de la 39 ème place à la  63ème.  Les trois autres établissements de l’Hexagone du top 200 sont : l’UPMC (84e), l’ENS Lyon (141e) et l’université Paris Diderot-Paris 7 (169e). A l’exception de ce dernier établissement, cette répartition des établissements français est très comparable aux résultats du dernier classement QS 2011 . Malgré une méthodologie différente, ce dernier compte les mêmes établissements de l’Hexagone dans son top 200, classés selon le même ordre.

L’ENS pour les citations de recherche
«L’ENS affiche un score exceptionnel en matière de recherche avec l’une des meilleurs notes en matière d’impact des citations» explique Phil Baty, rédacteur en chef adjoint du Times Higher. Ce dernier confie que la spécificité du système français explique l’absence de certains établissements de l’Hexagone. «Des établissements comme Sciences po sont trop petits en matière de recherche pour pouvoir figurer dans notre classement. Mais les réformes actuelles, avec les initiatives d’excellence donnent des signes encourageants pour la compétitivité du système français.»

Différents sous-classements

Autre nouveauté de l’édition 2011-2012, un classement national des universités du top 200 rapportées au PIB. Selon celui-ci, la France arrive au  21° rang et les Etats-Unis n’obtiennent que le 14° rang. Hong Kong occupe la première place, suivi par les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suisse et la Suède.

D'autre part, le Times Higher propose également sur son site, des classements par régions du globe (Europe, Asie, Amérique du nord...) et il publiera dans les prochaines semaines des rankings thématiques sur six grandes disciplines: ingénieur et technologie, sciences de la vie, médecine, sciences-physique, sciences sociales et enfin arts et humanités. 

Harvard détrônée par Caltech
Trustant la  tête du classement Times Higher depuis le lancement du classement il y à huit ans, Harvard cède la première place à Caltech (California Institute of Technology). «Le succès de Caltech est à mettre au compte de l’excellence de ses programmes et aussi de la forte augmentation du financement de la recherche » indique Phil Baty, le rédacteur en chef du Times Higher Education Ranking. A noter que la plupart des universités financées par les Etats américains reculent dans le classement, en raison des coupes budgétaires des fonds publics pour l’enseignement. C’est ainsi que Berkeley recule de deux places (8 à 10° place)  de même que UCLA (11° à 13° place).
Domination anglo-saxonne non démentie
Ceci-dit, et d’un point de vue global, la domination des universités anglo-saxonnes n’est pas remise en cause : le top 200 compte  75 universités américaines et 32 Britanniques. En dehors de ces deux pays, la Suisse arrive à la 15° place avec l’ETH Zurich. La première université canadienne est celle de Toronto (19°) et la première asiatique, l’université de Tokyo qui occupe la 30° place.

En ce qui concerne la répartition par pays, les Pays-Bas, avec douze institutions dans le Top 200 arrivent en troisième position après les Etats–Unis et le Royaume-Uni. Suivent l’Allemagne (douze établissements), le Canada (neuf) l’Australie (sept), la France occupant le dixième rang par pays. A noter l’entrée au top 200 de l’université de Sao-Paulo au Brésil qui grimpe à la  178° place « grâce à une augmentation du financement par l’industrie et une réputation en hausse considérable.

Une méthodologie en treize critères
Le classement du Times Higher Education est établi à partir de treize critères regroupés en cinq grandes parties.  L’enseignement,  les citations et la recherche compte chacun pour 30% de la note finale. Le financement par l’industrie et l’innovation compte pour 2,5% et enfin l’internationalisation pour 7,5%. Pour cette dernière partie, un nouveau critère a été rajouté cette année : il mesure la proportion d’articles scientifiques qui bénéficient d’une co-signature avec un ou plusieurs chercheurs internationaux.

Le classement du Times www.timeshighereducation.co.uk/world-university-rankings/


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires