Newsletter

Classement QS 2017-2018 : la France (toujours) en perte de vitesse

Céline Authemayou
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Ecole polytechnique
Deuxième établissement français à apparaître dans le classement QS, l'École polytechnique perd six places. // ©  École polytechnique – J.Barande // Flickr
Seize établissements français figurent parmi les 400 meilleurs du monde. C’est ce que dévoile le classement international QS des universités et écoles, dans son édition 2017-2018 publiée le 8 juin 2017. Si ce nombre se maintient, les résultats des Français sont en revanche à la peine. C’était déjà le cas l’an passé.

Indétrônable MIT (Massachusetts Institute of Technology). La quatorzième édition du classement international QS hisse sans grande surprise en tête de liste l'université américaine. Le top 10 de cette nouvelle cuvée, publiée avec quelques semaines d'avance sur l'agenda habituel, est d'une incroyable stabilité. Stanford, Harvard, Caltech, Cambridge... Cinq établissements sont américains, quatre britanniques et un suisse (ETH Zurich).

Si la constance est de mise en tête de classement, la France voit en revanche ses institutions perdre des places. Certes, 16 universités et écoles hexagonales restent présentes dans le top 400 (contre 20 l'an passé), mais sur les 39 figurant dans le classement global (969 places), 20 voient leur rang revu à la baisse.

L'ENS Paris en baisse, l'ENS Lyon en hausse

C'est le cas de l'ENS (École normale supérieure) de Paris. Première française depuis plusieurs années, l'école de la rue d'Ulm accuse le coup, en perdant de nouveau 10 places pour atteindre le rang 43. L'École polytechnique conserve sa deuxième place, tout en perdant elle aussi quelques rangs. L'université Paris-Sud et Science po restent stables, quand l'UPMC (université Pierre-et-Marie-Curie) et l'ENS Lyon gagnent quant à elles quelques places.

Cette situation n'est pas spécifique à la France, notent les auteurs du classement. Elle est constatée pour tous les pays de l'Europe de l'Ouest. Mais les établissements français sont particulièrement fragilisés dans leurs positions par trois indicateurs, qui plombent leurs résultats : le ratio enseignant par étudiants, le volume de citations et la réputation académique.

Plus d'étudiants par enseignant et moins de citations

Le score lié au ratio enseignant par étudiants, qui permet de "mesurer la qualité de l'enseignement" selon QS, est en baisse pour 31 des 39 établissements classés. Une baisse qui "indique que le système d'enseignement est en lutte avec la taille des salles de cours", se risque à analyser l'institut de classement.

Du côté du volume de citations, là encore, 31 des 39 institutions classées voient ce score diminuer. "Cette chute peut être attribuée en partie au problème de financement auquel les universités font face aujourd'hui, et d'autre part au poids croissant sur les enseignants", détaille QS.

Quant à l'indicateur de la réputation académique, sa baisse est liée à celle des deux précédemment cités. "Les réponses reçues quant à la réputation dans les derniers classements QS indiquent clairement le manque de confiance actuel dans le système d'enseignement supérieur en France, analyse Ben Sowter, directeur des recherches de QS. Seule une interaction rapprochée entre le gouvernement et cette communauté donnera les moyens d'y remédier."


La Chine et la Russie gagnent du terrain

Si le top 10 reste stable, des nouveautés sont à noter dans le reste du classement. Six universités chinoises font leur entrée dans le top 100. Le pays compte désormais une cinquantaine d'établissements dans le QS.

Du côté de la Russie, l'heure est également à la hausse : sur les 24 classées, 22 universités progressent. Une évolution liée, selon QS, à la politique volontariste du gouvernement russe, passant notamment par des investissements accrus dans l'enseignement supérieur.

Céline Authemayou | Publié le

Vos commentaires (4)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Question.

Bonsoir, Ce classement permet au moins de voir combien dissoudre l'ENS dans PSL, polytechnique dans Saclay ou encore plus nettement fondre l'ENS Lyon dans une université unique intégrée comptant 138000 étudiants est susceptible d'améliorer les classements... Quant à la fusion des universités grenobloises, elle montre son efficacité pour ce classement, outre une situation financière dégradée. Mais bon pour conserver son IDEX, il faut être prêt à tout.

Eole.

L´Ens, avec 3 enseignants- chercheurs pour un etudiant selectionné, n'a rien à voir avec le fonctionnement des Université totalement pauperisé, où les heures de cours sont données au compte gouttes ! Avec aussi une charge administrative de plus en plus Lourde pour les EC. L'université a ete oubliée par Hollande, le sera-t-elle aussi par Macron ?

Sirius.

Ce résultat n'a rien de surprenant. Il faut lire l'article paru sur News Tank Higher Education and Research : "Supprimer les Comues pour reconstruire la réputation internationale de nos universités", n°94202 du 29/05/2017.

Frida.

Et ce n'est pas prêt de s'améliorer, nos grandes écoles sont des chibres qui ont coulé l'économie française et pourtant cela ne les empêche pas de se palucher de 24 ans à 90 ans "moi euhhh.. promo ensta 2010 euhh" ...