Newsletter

Classement mondial QS de l'employabilité des diplômés : la cote des établissements français à la hausse

Etienne Gless
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Classement mondial QS de l'employabilité des diplômés : la cote des établissements français à la hausse
L'école Polytechnique intègre le top 20 mondial des établissements d'enseignement supérieur mondiaux en termes d'employabilité. // ©  L. GRANDGUILLOT/rea
Polytechnique reste en tête des établissements d'enseignement supérieur français pour l'employabilité de ses diplômés, selon le classement QS Graduate employability rankings 2020. Deux autres établissements français figurent dans le top 100 des meilleures écoles et universités au monde en termes d'emploi de leurs diplômés : CentraleSupélec (69e) et l'Université Paris Sciences &Lettres (71e).

Recherche, enseignement, réputation académique…Le classement global des universités de QS n'est pas un grand cru pour les établissements français cette année. En revanche sur le critère de l'employabilité, nos grandes écoles et universités marquent des points et engrangent les fruits des efforts engagés pour préparer leurs diplômés au monde du travail. C'est ce qui ressort de l'édition 2020 du classement QS pour l'employabilité des diplômés.

Lire aussi : Grandes écoles : l'insertion professionnelle des diplômés toujours au beau fixe

Polytechnique rejoint le top 20 mondial

Trois établissements français figurent cette année dans le haut du classement parmi les 100 des meilleures écoles et universités au monde en termes d'emploi de leurs diplômés : Polytechnique classée 18e cette année, CentraleSupélec (classée 69e) et l'Université Paris Sciences & Lettres (classée 71e). L'X – classée 30e meilleur établissement au monde l'année dernière sur ce critère particulier de l'emploi – effectue une belle remontada et grimpe ainsi de 12 places sur un an. dipl^ô

LA PLACE DES ÉTABLISSEMENTS FRANÇAIS DANS LE CLASSEMENT MONDIAL DE L'EMPLOYABILITÉ DES DIPLÔMÉS
ETABLISSEMENT RANG 2020 RANG 2019 EVOLUTION 2020/2019
Ecole Polytechnique 18 30 +12 places
CentraleSupélec 69 67 –2 places
Université Paris Sciences & Lettres (PSL) 71 91 +20 places
Sorbonne-Université 141–150 151–160 En hausse
Université de Montpellier 191–200 251–300 En hausse
Ecole des Ponts ParisTech 201–250 251–300 En hausse
Université Paris1 Panthéon-Sorbonne 251–300 201–250 En baisse
Institut national des sciences appliquées (INSA) de Lyon 301–500 301–500 Stable
Télécom ParisTech 301–500 Non connu Non connu
Université Aix-Marseille 301–500 301–500 Stable
Université Paris-Sud 11 301–500 301–500 Stable
Source : QS Graduate Employability Rankings 2020

MIT, Stanford, UCLA : America first !

Tout en haut du classement mondial, sans surprise, les meilleures institutions du monde demeurent américaines : le Massachussets Institute of Technology (MIT, classé 1er), la Stanford University (2e) et l’University of California Los Angeles (UCLA, 3e) devancent cette année l’Université de Sydney (qui se faufile à la 4e place) et la Harvard University (5e). A noter, la Chine figure désormais dans le top 10 avec la Tsinghua University (classée 6e) et se permet même permet de devancer les vénérables – et rivales ! – universités britanniques de Cambridge (8e) et d'Oxford (10e). Un dégât collatéral du Brexit ?

8 autres établissements français en seconde moitié de classement

Pour trouver d'autres grandes écoles ou universités françaises dans le QS Graduate employabilité rankings 2020, il faut descendre dans la seconde partie du classement : Sorbonne-Université et l’université de Montpellier arrivent tout de même à se positionner dans les 200 premiers établissements qui se préoccupent le plus de l'emploi de leurs diplômés. Le cru 2020 se révèle au final bon pour l'enseignement supérieur français. Au total sur 11 établissements français classés, 5 ont amélioré leur position sur un an et seules deux ont perdu des places.

Un classement mondial ciblé Employabilité
Pour construire la valeur ajoutée d'un établissement sur l'employabilité de ses diplômés, QS utilise 5 indicateurs comme le taux d'emploi des diplômés, l'évolution de carrière des anciens (alumni), la réputation des établissements auprès des recruteurs ou encore les relations entretenues avec les entreprises.


Etienne Gless | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires