Newsletter

Classes prépas : les enseignants craignent une baisse de salaire

SB
Publié le
Envoyer cet article à un ami

Absence de concertation et baisse de salaire : voilà ce que les enseignants de CPGE reprochent au ministre de l'Education nationale, qui prépare un projet de réforme de leur statut. Trois syndicats ont été reçus rue de Grenelle, lundi 2 décembre 2013.

La contestation ne faiblit pas chez les enseignants de CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles), qui ont déposé un préavis de grève pour le 9 décembre 2013, afin de protester contre le projet de réforme de leur statut.

Interrogé par lexpress.fr, Sébastien Cote, professeur d'histoire en khâgne à Montpellier et vice-président de l'APPLS (Association des professeurs de premières et de lettres supérieures), estime que les enseignants risquent de "perdre jusqu'à 20% de [leur] rémunération annuelle pour un travail équivalent".

"Oui c'est vrai, nous sommes bien rémunérés, et d'ailleurs nous ne demandons pas à être augmentés !, s'énerve-t-il. Notre rémunération est plus élevée que celle des autres catégories de professeurs. Mais ce sont plutôt eux qui sont mal payés : en France, les professeurs gagnent 15 à 20% de moins que la moyenne de l'OCDE".

Lire l'interview du professeur d'histoire

Reçue par le ministre de l'Education nationale le 2 décembre 2013, l'intersyndicale s'est félicitée de "nouvelles propositions du ministère concernant ces professeurs". Des discussions doivent avoir lieu pour décider de la suite à donner au mouvement.

Lire aussi
- Le billet de Gaia universitas, qui fait la comparaison avec un enseignant-chercheur à l'université  : Le salaire des autres
- Le billet de Pierre Dubois, blogueur EducPros : Le combat des agrégés de CPGE

SB | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Benji.

Le ministre fustige les enseignants de classe préparatoires qui accumulent les heures supplémentaires... qu'il a imposé à ces enseignants: exemple d'un professeur de maths en spé MP effectue obligatoirement 7 heures supplémentaires au minimum. S'il ne trouve personne pour faire l'informatique (personne ne se charge de lui trouver quelqu'un), il faut ajouter 1 heure hebdomadaire en moyenne. Dans une classe de 48, il doit par ailleurs trouver lui même des collègues pour effectuer 16 heures de colles hebdomadaires, ce qui est loin d'être évident. La première semaine de septembre, nous partons à la chasse au colleurs. Sans les collègues des autres classes de l'établissement (fustigés eux aussi), il serait impossible de trouver ces colleurs.