Newsletter

Classements : un impact grandissant sur les stratégies des universités

Morgane Taquet
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Remise des diplômes de doctorat de l'université Bordeaux Montaigne
Remise des diplômes de doctorat de l'université Bordeaux Montaigne // ©  Université Bordeaux Montaigne

De plus en plus influents, les classements s'insinuent même dans les stratégies des établissements, selon un rapport de l'EUA rendu public le 21 janvier 2015.

Pertinence et légitimité des indicateurs, manipulation des données, les classements font régulièrement face aux critiques. Souvent décriés, ils sont toutefois plus que jamais scrutés par les établissements, les étudiants et les politiques. Et vont jusqu'à influencer la politique des établissements, comme le souligne l'EUA (Association européenne de l'université) dans un rapport sur l'impact des classements sur les stratégies des universités publié mercredi 21 janvier 2015.

Sur les 171 établissements d'enseignement supérieur interrogés (dont la très grande majorité est classée), 39% disent utiliser les palmarès pour orienter des actions stratégiques, organisationnelles, managériales ou académiques. À l'inverse, 31% estiment qu'ils n'ont aucune influence sur leur stratégie.

Parmi les décisions institutionnelles prises en raison des classements, certains secteurs de recherche ont été priorisés ou des critères de recrutement ont pu évoluer. Mais seuls 14% des établissements indiquent que l'affectation des ressources a été modifiée en raison de résultats dans les classements. Afin que "les établissements appréhendent les limites des classements et ne se laissent pas hypnotiser par eux", l'EUA propose, dans le rapport, une série de questions clés que chaque président ou recteur d'université doit se poser pour faire une bonne utilisation des rankings.

Un outil de communication avant tout

Alors que 86% des établissements surveillent leur positionnement dans les rankings, sans surprise, 80% se servent de cette information à des fins marketing ou publicitaires. Principale cible : les futurs étudiants, notamment ceux de doctorat et de master, considérés comme le principal groupe d'utilisateurs des classements, et donc susceptibles d'être influencés par eux. Les étudiants internationaux sont également particulièrement ciblés, les établissements considérant les classements comme un outil d'aide à la décision efficace pour choisir une université étrangère.

Les classements mobilisent les universités
Plus de la moitié des établissements déclarent consacrer des ressources humaines au suivi des palmarès : 33% disent disposer d'une unité spécialisée et plus de la moitié, d'une ou plusieurs personnes au niveau de l'établissement qui surveillent régulièrement le positionnement dans les classements. 23% des établissements affirment examiner occasionnellement les classements mais pas de manière systématique. 61% des établissements ont un objectif clair de positionnement dans les classements nationaux, internationaux voire dans les deux types.

Morgane Taquet | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Isabelle.

Ce rapport met en lumière le travail de QS World Universityranking qui a une ligne directive sans faille et depuis 2009 a multiplié recherches et moyens afin de donner aux étudiants les clefs de leur réussite grace a de multiples critères et classements .