Newsletter

Concours de l'enseignement : l'inversion de la courbe se confirme

Isabelle Dautresme
Publié le
Envoyer cet article à un ami

INFOGRAPHIE. Si le quinquennat Sarkozy a été marqué par une baisse continue du nombre de postes et de candidats aux concours externes de l’enseignement, la tendance s'est inversée depuis 2012. Mais pas au point de mettre fin à la crise des vocations. Retour sur une décennie de recrutement d'enseignants, en cette rentrée 2015.

Pour mesurer l'évolution de l'attractivité du métier d'enseignant entre 2006 et 2015, Educpros a retenu cinq concours externes. Le premier degré, dont les effectifs sont les plus élevés. L'anglais, les mathématiques et les lettres modernes qui peinent à recruter. Et, à l'opposé, l'histoire-géographie, une matière qui fait traditionnellement le plein.

Si on assiste à une reprise du recrutement dans l'ensemble des disciplines depuis 2012 et l'arrivée de la gauche au pouvoir, les comparaisons entre 2014 et 2015 sont rendues difficiles du fait de l'existence de deux concours en 2014.  

Concours enseignement

/
  • Concours du premier degré : places offertes et présents // © Isabelle Dautresme
    Concours du premier degré : places offertes et présents // © Isabelle Dautresme
  • 1er degré_OA // © ID
    1er degré_OA // © ID
  • Capes externe maths  2006-2015, postes offerts et présents // © ID
    Capes externe maths 2006-2015, postes offerts et présents // © ID
  • Capes externe maths  2006-2015, postes offerts et admis // © ID
    Capes externe maths 2006-2015, postes offerts et admis // © ID
  • Capes externe lettres modernes  2006-2015, postes offerts et présents // © ID
    Capes externe lettres modernes 2006-2015, postes offerts et présents // © ID
  • Capes externe lettres modernes  2006-2015, postes offerts et admis // © ID
    Capes externe lettres modernes 2006-2015, postes offerts et admis // © ID
  • Capes externe anglais  2006-2015, postes offerts et présents // © ID
    Capes externe anglais 2006-2015, postes offerts et présents // © ID
  • Capes externe anglais  2006-2015, postes offerts et admis // © ID
    Capes externe anglais 2006-2015, postes offerts et admis // © ID
  • Capes externe histoire-géographie 2006-2015, postes offerts et présents // © ID
    Capes externe histoire-géographie 2006-2015, postes offerts et présents // © ID
  • Capes externe histoire-géographie 2006-2015, postes offerts et présents // © ID
    Capes externe histoire-géographie 2006-2015, postes offerts et présents // © ID
  • Concours du premier degré : places offertes et présents // © Isabelle Dautresme
  • 1er degré_OA // © ID
  • Capes externe maths  2006-2015, postes offerts et présents // © ID
  • Capes externe maths  2006-2015, postes offerts et admis // © ID
  • Capes externe lettres modernes  2006-2015, postes offerts et présents // © ID
  • Capes externe lettres modernes  2006-2015, postes offerts et admis // © ID
  • Capes externe anglais  2006-2015, postes offerts et présents // © ID
  • Capes externe anglais  2006-2015, postes offerts et admis // © ID
  • Capes externe histoire-géographie 2006-2015, postes offerts et présents // © ID
  • Capes externe histoire-géographie 2006-2015, postes offerts et présents // © ID
  • Le regain d'attractivité du premier degré (1/2)

    Moins il y a de postes offerts aux concours externes du premier degré, moins les candidats sont nombreux à s'y présenter. Et inversement. Entre 2006 et 2011, le nombre de postes proposés a reculé de 75%, entraînant avec lui la baisse vertigineuse du nombre de candidats. On en dénombrait 55.298 en 2006 contre 16.276 en 2011. Cette diminution s'explique également par la réforme de la masterisation et la suppression de la formation des enseignants.

  • Le regain d'attractivité du premier degré (2/2)

    Entre 2011 et 2015, la multiplication par 3,8 du nombre de postes offerts aux concours externes du premier degré s'est accompagnée d'un quasi-doublement du nombre de candidats. Mais cette hausse n'est pas suffisante. En 2015, 283 postes ne sont pas pourvus.

  • Maths cherchent profs désespérement (1/2)

    La pénurie de professeurs de maths n'est pas nouvelle. Déjà en 2006, alors que seulement 977 postes étaient offerts aux concours externes, 16 étaient restés vacants. Mais cet écart se creuse fortement depuis 2011. Année à partir de laquelle le nombre de places offertes aux concours a fortement augmenté : + 50% entre 2011 et 2015. Sur cette période, le nombre d'admis a doublé.

  • Maths cherchent profs désespérement (2/2)

    En 2015, un quart des postes offerts au Capes de mathématiques n'a pas trouvé preneur.

  • Les lettres modernes en quête de profs (1/2)

    Comme pour les mathématiques, le nombre de postes offerts au Capes de lettres modernes a été revu à la hausse à partir de 2013, après une baisse sensible de 2006 à 2012, où il est passé de 990 à 733. À partir de 2013, le nombre de postes offerts augmente régulièrement pour atteindre 1.300 en 2015.

  • Les lettres modernes en quête de profs (2/2)

    L'augmentation de 30 % des candidats au Capes de lettres modernes ne permet pas de satisfaire les besoins. Depuis 2011, et à l'exception de l'année 2013, chaque année, entre 15 et 20% des postes ne sont pas pourvus.

  • L'anglais sous tension (1/2)

    Il manquera encore des profs d'anglais à la rentrée 2015, comme tous les ans depuis 2011. Cette année-là, malgré la baisse sensible du nombre de postes au concours (moins 244), 131 ne trouvaient pas preneurs.

  • L'anglais sous tension (2/2)

    L'écart ne fait que se creuser depuis 2011 pour atteindre 260 postes vacants en 2015, malgré une hausse du nombre de présents au concours (+ 60% entre 2011 et 2015).

  • L'histoire-géographie fait le plein (1/2)

    Comme pour les autres disciplines, le nombre de postes offerts au Capes d'histoire-géographie a subi une coupe drastique sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. En 2007, 740 postes étaient offerts, contre 580, cinq ans plus tard. Sur cette période, les candidats sont également moins nombreux à se présenter au concours.

  • L'histoire-géographie fait le plein (2/2)

    À l'exception du concours exceptionnel de 2014, la reprise des recrutements à partir de 2012 et surtout de 2013 (+ 135 postes) ne s'est pas traduite pas un déficit de recrutement. Tous les postes ont été pourvus chaque année.


Isabelle Dautresme | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
nanny.

la crise de recrutement des enseignants diminuera vraiment lorsque l’on prendra en compte réellement les risques professionnels du métier : voir » prévention des risques professionnels des enseignants »