Des villes dédiées aux "edtech" et des applications pour la classe : l'innovation made in USA

De notre correspondante aux Etats-Unis, Jessica Gourdon
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'innovation made in USA
L'innovation made in USA
REVUE DE PRESSE - ÉTATS-UNIS. Les "edtech" prennent de l'ampleur, au point que deux villes américaines, Baltimore et Boston, souhaitent en faire leur marque de fabrique. Exemples parmi d'autres de cet engouement pour les technologies de l'éducation, les applications destinées à être utilisées en classe se multiplient.

Baltimore et Boston veulent devenir des hubs des "edtech"

Baltimore et Boston se positionnent comme des capitales des technologies de l’éducation. A Baltimore, le groupe EdTechMD, lancé en février 2014, a mis en place diverses initiatives : coaching d’entrepreneurs, réunions de networking, conférences…Plusieurs start-up de ce secteur se sont installées dans cette ville, comme Citelighter, qui a quitté New York en 2013, ou Three Ring. Baltimore compte aussi plusieurs grosses firmes spécialisées dans ce domaine, comme le groupe Laureate Education.

A Boston, l’incubateur LearnLaunch regroupe de multiples start-up, et se positionne comme un hub des technologies éducatives, appuyé par la présence sur place de prestigieuses universités et de gros éditeurs scolaires et universitaires.

A lire sur Edweek (en anglais)

Le succès de TopHat, appli de sondages pour les classes

Plus de 400 établissements et 300.000 étudiants utilisent TopHat, depuis son lancement en 2012. De quoi s’agit-il ? D’une application permettant aux professeurs de réaliser, pendant leurs cours, des sondages et questions pour leur auditoire. Les élèves y répondent via leur téléphone (ou ordinateur), à la manière d’une télécommande élaborée. TopHat permet aussi d’engager des discussions à partir des réponses, de mesurer la participation et l’engagement d’un élève sur le long terme...

La start-up a adopté un modèle économique payant (20 dollars par semestre) pour les étudiants – mais gratuit pour les enseignants. Elle assure que les professeurs qui utilisent son application ont des classes plus engagées et motivées. Basée au Canada et aux Etats-Unis, TopHat vient d’annoncer une nouvelle levée de fonds de 10 millions de dollars. Elle souhaite désormais développer des applications pour le personnel des universités.

A lire sur Techcrunch.com (en anglais)

Google lance une version beta de Classroom

Google a annoncé le 6 mai 2014 le pré-lancement de Classroom, une application gratuite pour enseignants. Celle-ci rassemble et synthétise tous les outils Google Education, utilisés par 30 millions d’étudiants et de professeurs. Grâce à cette interface, le professeur pourra gérer les documents ou les travaux des élèves récupérés sur Google Doc ou Google Drive, créer une classe virtuelle, distribuer des taches, collecter les notes, suivre l’évolution des travaux.

Classroom permettra aussi aux enseignants de discuter avec leurs élèves de manière personnelle ou collective. Actuellement testée dans quelques classes volontaires, l'application devrait être disponible dans 40 langues au mois de septembre.

A lire sur EdSurge (en anglais)


De notre correspondante aux Etats-Unis, Jessica Gourdon | Publié le