Deux milliards d'euros supplémentaires pour financer l’apprentissage

Etienne Gless
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Deux milliards d'euros supplémentaires pour financer l’apprentissage
// ©  Romain GAILLARD/REA
Le projet de loi de finances rectificative adopté le 2 novembre 2022 en Conseil de ministres prévoit une rallonge financière pour France compétences, l’organisme en charge du financement et de la régulation de l’apprentissage.

Le gouvernement a décidé de remettre au pot pour soutenir France compétences, l'organisme public en charge du financement et de la régulation de l'apprentissage. Deux milliards d'euros supplémentaires pour l'apprentissage ont donc été inscrits dans le budget rectificatif 2022.

Le succès de l'apprentissage a un coût… de 11 milliards d'euros

C'est la rançon du succès ! L'apprentissage marche très bien mais coûte cher aux finances publiques. En 2022, ce sont près de 800.000 contrats d'apprentissages signés qui sont prévus soit davantage que les 750.000 attendus.

Des aides exceptionnelles à l’embauche d’apprentis ont été mises en place depuis la crise sanitaire et prolongées jusqu’au 31 décembre 2022 ce qui a dopé la croissance de l'apprentissage. Cependant, leur coût pour les finances publiques dépasse les cinq milliards d’euros par an selon la Cour des comptes.

Le financement des contrats d’apprentissage revient également très cher et au total l’apprentissage coûte plus de 11 milliards d’euros aux finances publiques.

Jonathan Azoulay : "Il est impératif de reconnaître l’apprentissage comme une voie de succès au niveau de France Compétences"

3,5 milliards d'aides à l'embauche d'alternants dans le budget 2023

Le projet de loi de finances pour 2023 prévoit néanmoins un maintien du soutien du gouvernement au développement de l’apprentissage. L’objectif fixé par le chef de l’Etat est d’atteindre le cap symbolique du million d’entrées en apprentissage d’ici la fin du quinquennat.

Les moyens inscrits au projet de budget 2023 pour les aides à l’embauche d’alternants s’élèvent à 3,5 milliards d'euros. Reste que l'an prochain les aides à l’embauche d’alternants et les niveaux de prise en charge des formation devraient être quelque peu rationnalisés. L’équation à résoudre est difficile : comment aboutir à un soutenable financièrement sans briser l’élan du développement de l’apprentissage.


Etienne Gless | Publié le