Devant la CPU, Jean Castex annonce trois appels à projets pour soutenir les universités

Amélie Petitdemange
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Devant la CPU, Jean Castex annonce trois appels à projets pour soutenir les universités
Le Premier ministre, Jean Castex, s'est exprimé ce jeudi 16 décembre devant les présidentes et présidents d'université. // ©  Stephane Lemouton/POOL/REA
Le Premier ministre, Jean Castex, s'est exprimé ce jeudi 16 décembre devant les présidentes et présidents d'université, à l'invitation de la CPU (conférence des présidents d'université) à l'occasion de son 50e anniversaire. Il a fait le bilan des actions menées en faveur des étudiants et de la recherche et annonce le lancement de trois appels à projets.

Jean Castex s'est entretenu avec les présidents d'université, à l'invitation de la CPU (Conférence des Présidents d'Université), ce jeudi 16 décembre à la Maison des Universités, lors de la dernière Assemblée générale. Le Premier ministre a annoncé le lancement, le jour-même, de trois appels à projets.

Accélérer les transferts de technologies des laboratoires universitaires

Le premier appel à projets vise à accélérer le transfert de technologies. "J'ai souhaité que les opérations dites de pré-maturation et de maturation des inventions produites dans vos laboratoires puissent être soutenues financièrement", a assuré Jean Castex. Cet appel à propositions destiné aux universités et aux organismes de recherche sera "un levier supplémentaire pour réaliser des preuves de concept, des changements d’échelle, consolider les portefeuilles de propriétés intellectuelles", a-t-il expliqué à la communauté universitaire.

Présidence française de l'Union européenne : peu de place laissée à l'ESR

Former aux métiers émergents en université

Le deuxième appel à projets veut développer la formation aux métiers émergents pour lesquels de nouvelles compétences sont attendues, notamment dans les transitions numériques et écologiques. "Nous lançons aujourd'hui un premier appel à projets sur ces enjeux pour construire les formations de demain, avec l'ambition d'anticiper autant que possible et de contribuer à satisfaire les besoins en emplois ou en compétences, que ceux-ci soient sanctionnés par des titres, des certifications ou des diplômes", a précisé le chef du gouvernement.

Soutenir le développement des universités

Le troisième appel à projets porte sur les stratégies de développement des établissements. Il vise notamment à aider les établissements d’enseignement supérieur et de recherche à accroître leurs ressources. "L'État lance aujourd'hui un appel à projets qui permettra aux lauréats de se renforcer sur le montage de projets, par exemple de financer pendant quelques années une équipe dédiée à la recherche de financements", a annoncé Jean Castex.

Le Premier ministre a par ailleurs revendiqué que "grâce au plan 1 jeune 1 solution, grâce à l'apprentissage, grâce à la qualité des efforts d'insertion professionnelle que vous avez consentis […] le chômage des jeunes, qui avait fortement augmenté à la faveur de la crise, est déjà revenu à ce qu'il était en décembre 2019".

Manque de dynamisme et d'investissements : la part de publications françaises de recherche dans le monde chute

Renforcer l'attractivité de la recherche

Le chef du gouvernement a également dressé un bilan de la loi de programmation de la recherche, un an après sa promulgation. "L'objectif est clair : ce sont les fameux 3% de la stratégie de Lisbonne. Nous cherchons un choc d'attractivité des métiers de la recherche, évidemment qui passe par une revalorisation des salaires, qui veut voir émerger une nouvelle génération de jeunes scientifiques. J'entends que c'est encore insuffisant. […] Mais je constate quand même que dans de telles proportions, jamais une marche comme celle-là n'avait été franchie", a assuré Jean Castex.

"La recherche n'a cependant pas été au rendez-vous concernant le vaccin contre le coronavirus", a-t-il regretté. "Sur l’innovation et de recherche en santé nous avons baissé la garde pendant 20 ou 30 ans. Le résultat ne s'est pas fait attendre, on n'a pas été présent dans la course au vaccin. Et cela dans une nation comme la France, le pays de Pasteur".

Le Premier ministre a profité de cette intervention pour rappeler l'importance du vaccin dans la lutte contre la pandémie, notamment avec l'arrivée du variant Omicron. "Il y a des étudiantes et des étudiants qui sont éloignés du système de soins, c'est-à-dire qui ne se font pas vacciner. Nous devons déployer tous les dispositifs à notre disposition pour aller vers ces populations et progresser encore dans le chemin de la vaccination".


Amélie Petitdemange | Publié le