Newsletter

Arts appliqués : la mise en œuvre du DN MADE vire au casse-tête

Martin Rhodes
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Le DN MADE, réforme nécessaire mais compliquée
Les formations en arts appliqués redessinent leur premier cycle. // ©  DR
Globalement favorables à la rénovation de la filière arts appliqués, certaines équipes pédagogiques butent sur la mise en place rapide du DN MADE. Cette réforme d'ampleur du premier cycle, qui va se déployer sur le territoire en deux temps, porte sur quatre cursus de un à trois ans. Un véritable puzzle à reconstituer.

Une réforme nécessaire mais lancée dans la précipitation. Tel est, en résumé, l'avis des professeurs et des proviseurs de la filière arts appliqués contactés par EducPros à propos de la mise en œuvre du DN MADE (diplôme national des métiers d’arts et du design). Ce nouveau diplôme en trois ans, de grade licence, remplacera à la fois la MANAA (mise à niveau en arts appliqués), ainsi que les deux années de DMA (diplômes des métiers d’art) ou de BTS (brevets de technicien supérieur) en arts appliqués. Déployée dans 13 académies sur 30 dès la rentrée 2018, la réforme se met en place à marche forcée et les équipes pédagogiques en font les frais.

Lire aussi. Les grandes lignes du DNMADE se dessinent

Changements de dernière minute

Car rien n'est tout à fait calé et les changements de dernière minute ne sont pas rares, chaque académie définissant la manière de mettre en place la réforme. Ainsi, l'académie d'Orléans-Tours, qui avait donné l'autorisation à 3 établissements sur 6 d'ouvrir le DN MADE dès cette rentrée, l'a finalement accordée à tous les lycées de l'académie, le 16 mai dernier, après moult rebondissements. Les équipes pédagogiques des trois établissements initialement amputés se sont battues ardemment pour obtenir gain de cause. Elles sont désormais à la fois ravies et affolées, puisqu'elles ne disposent plus que de quatre mois, en comptant les vacances d'été, pour mettre en place une première année de licence. Une partie des candidats admis en DN MADE va donc être répartie, en urgence, dans des établissements dans lesquels ils n'ont pas postulés sur Parcoursup.

Le rectorat d’Orléans-Tours a également décidé de ne plus proposer la première année de BTS design à partir de la rentrée 2018. Les étudiants qui ont intégré la seule MANAA publique de l’académie en 2017 (année d’ouverture) dans l’optique de postuler en BTS se retrouveront donc sur le carreau à l’issue de ce cursus non diplômant. Deux possibilités s’offriront à eux, non sans inconvénient : postuler en première année de DN MADE et "perdre" un an ; ou alors rejoindre un BTS dans une autre académie et décrocher un diplôme obsolète !

Une situation contrainte que l’on retrouve aussi dans l’académie d’Aix-Marseille, qui adoptera la réforme en 2019. Au lycée Léonard-de-Vinci d’Antibes, la MANAA et la première année des cursus historiques (BTS et DMA) fermeront leurs portes en juin 2018. L’année de mise à niveau ne débouchera donc plus sur rien dans cette académie. "À la rentrée prochaine, la MANAA accueillera de très bons éléments [1.080 postulants pour 15 places] qui auraient a priori pu entrer en DN MADE", confesse Vincent Follain, le directeur des programmes. Et d'ajouter : "La MANAA leur permettra seulement de muscler leur dossier pour intégrer la licence 1 du meilleur DN MADE possible".

Une transition, deux diplômes

La période transitoire, durant laquelle les établissements dispenseront à la fois les anciens et le nouveau cursus, risque, elle aussi, d’être compliquée à gérer pour les équipes pédagogiques.

Au lycée technologique Jean-Perrin de Marseille, la L1 du DN MADE sera dispensée dès septembre 2019. Mais le rectorat d’Aix-Marseille n’a pas encore tranché sur la durée et les modalités exactes de cette phase de chevauchement. Il pourrait notamment choisir d’ouvrir une première année de BTS en parallèle du lancement du DN MADE. "Si tel était le cas, nous ne manquerions pas de locaux ni même de matériel, mais bien de moyens humains, confie Philippe Vincent, proviseur du lycée et secrétaire général adjoint du SNPDEN, le syndicat des personnels de direction. En effet, nos trois professeurs de design seraient amenés à assurer les cours de trois promotions [L1, BTS1 et 2 en 2019–2020] au lieu de deux [BTS 1 et 2]".

Une année est vite passée, et le proviseur du lycée Jean-Perrin espère que le rectorat communiquera ses décisions le plus rapidement possible. "Une partie des enseignements de notre BTS est aujourd’hui assurée par des designers en activité, ce qui est relativement rare", souligne Philippe Vincent, avant d'ajouter : "Nous devrions pouvoir réchapper de cette phase compliquée grâce à eux. Mais tous les lycées ne bénéficient pas d'un tel réseau professionnel"

Bientôt le tour du deuxième cycle

Dans certains établissements, la réforme DN MADE chamboule même immédiatement bien plus que les cursus postbac. C'est notamment le cas à Gobelins. Si Paris compte parmi les 13 "académies pilotes" de la réforme, l'école de l'image de la CCI Paris Île-de-France ne transformera son BTS "design graphique" en DN MADE qu’à la rentrée 2019. "Les établissements de l’Éducation nationale ont été mieux et plus tôt informés que les autres. À Gobelins, nous n’avons pas eu le temps de repenser, pour la rentrée prochaine, notre BTS ainsi que les formations de deuxième cycle avec lesquelles il s’articule", regrette Sabine Garrigues, la directrice des formations initiales. Après le BTS, les étudiants de Gobelins ont aujourd’hui la possibilité d’obtenir, en un an, deux titres RNCP de niveau 2 (bac+3 /4). Deux parcours qui s’articulent mal avec le DN MADE, lui aussi de niveau 2. "Nous allons donc en profiter pour repenser l'ensemble de nos formations initiales." Une nouvelle offre qui sera effective dès la rentrée 2019.

Gobelins ne devrait pas être une exception. En effet, le remplacement des BTS et DMA (bac+2) par le DN MADE (bac+3) introduit un décalage entre deux diplômes qui jusqu’à présent se complétaient, étant donné que le DSAA est un bac+4 en deux ans. Afin de mieux articuler les formations entre elles, et poursuivre le processus LMD, le deuxième cycle de la filière arts appliqués devrait à son tour connaître d'importants changements. Le DSAA pourrait ainsi se transformer en master 2 d’ici à 2021, année des premiers diplômés du DN MADE, et des dernières promotions de BTS. Les cursus en arts appliqués n'ont pas fini de se redessiner.


Martin Rhodes | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Chandon Dolores.

Merci pour cet article qui résume de manière très précise l'état de la filière Arts Appliqués en France, la bonne volonté des professeurs concernés et la détresse de ceux qui se battent sur le terrain entre la préparation de leurs cours et la difficile, voire impossible, adéquation entre le suivi des élèves (leurs problèmes d'ados et de lycéens ou étudiants) et leurs soucis personnels...