Indiscret. ECAM, vers un diplôme d’ingénieur unique à Lyon et Strasbourg

Céline Authemayou
Publié le
Envoyer cet article à un ami
A l'ECAM Lyon, plus de 200 ingénieurs sont diplômés chaque année, contre une vingtaine à Strasbourg.
A l'ECAM Lyon, plus de 200 ingénieurs sont diplômés chaque année, contre une vingtaine à Strasbourg. // ©  Ecam Lyon
Les écoles d’ingénieurs ECAM de Lyon et Strabourg ont déposé un dossier auprès de la CTI pour pouvoir délivrer un diplôme d'ingénieur unique. Si cette mutualisation devrait aussi concerner des services transverses, pour l’heure, la fusion n’est pas envisagée.

L'une a plus de 100 ans, l'autre à peine 5. Si elles appartiennent toutes deux au même groupe, les écoles d'ingénieurs ECAM Lyon et ECAM Strasbourg-Europe ont une histoire radicalement opposée. La première diplôme chaque année plus de 200 ingénieurs. La deuxième a délivré pour la première fois son diplôme en 2014, à 23 étudiants.

En réflexion depuis trois ans, le projet de rapprochement des deux écoles a été validé par les conseils d'administration des établissements en juin 2015. Dès la rentrée 2016, les nouveaux élèves devraient préparer un seul et même diplôme d'ingénieur, qu'ils se trouvent à Lyon ou à Strasbourg. La CTI (Commission des titres d'ingénieur) se prononcera en octobre 2015 sur ce dossier, pour un changement effectif, si avis favorable, dès la rentrée 2016. Des services transversaux (comptabilité, ressources humaines, systèmes informatiques) seraient aussi mutualisés.

Accélérer la reconnaissance du site strasbourgeois

Créé avec le fort soutien de la Région Alsace, qui souhaitait voir en 2009 le nombre de diplômés ingénieurs fortement augmenter à l'horizon 2013, l'ECAM Strasbourg reste aujourd'hui une école de petite taille. "Créer une école ex nihilo constitue un véritable challenge, avoue Didier Desplanche, directeur général de l'ECAM Lyon. Depuis le début du projet, nous nous sommes posé la question d'un rapprochement fort entre Lyon et Strasbourg. Aujourd'hui, il est clair qu'il faut atteindre une certaine masse critique pour pouvoir exister dans le paysage de l'enseignement supérieur."

Les dirigeants des deux établissements espèrent que la notoriété de la structure lyonnaise bénéficiera à sa petite sœur, "pour gagner du temps dans la reconnaissance de la formation par toutes les parties prenantes, qu'il s'agisse des familles ou des entreprises", espère le directeur lyonnais. Ce dernier concède que si l'école strasbourgeoise remplit "correctement mais sans plus", elle ne dispose d'aucune marge de manœuvre pour élargir son bassin de recrutement. "Or notre volonté est de pouvoir monter en qualité." À l'heure actuelle, le terme de fusion n'est pas à l'ordre du jour, mais il n'est pas totalement absent des esprits.

Le groupe ECAM, 4 écoles d'ingénieurs :

- ECAM Lyon
- ECAM Strasbourg-Europe
- ECAM Rennes Louis-de-Broglie
- ECAM-EPMI (Cergy-Pontoise)

Céline Authemayou | Publié le