L’école d’ingénieurs Ismans se dirige vers une sortie de crise

Céline Authemayou
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Ismans le Mans école d'ingénieurs
L'Ismans va s'associer au groupe Cesi pour entamer sa relance et a obtenu un soutien financier des collectivités locales. // ©  Ismans
En grande difficulté en 2015, l’école d’ingénieurs Ismans reprend pied : elle va s’associer au groupe d’enseignement privé Cesi, accompagnée financièrement dans ce projet par les collectivités locales.

Pour sortir de la crise, l'Ismans vise l'association. L'école d'ingénieurs privée installée au Mans devrait devenir au cours des prochains mois Ismans-groupe Cesi, grâce à un partenariat tissé avec le groupe privé de formation. Le projet a d'ores et déjà obtenu l'aval de la CTI (Commission des titres d'ingénieur).

Un temps envisagée, l'intégration à l'université du Maine n'aura finalement pas été retenue, trop complexe à mettre en œuvre notamment en matière de gestion du personnel. Et surtout trop longue, repoussant le projet à 2019.

Au bord de l'asphyxie il y a encore quelques mois, l'Ismans se devait de trouver une solution rapide pour redresser la barre et essuyer les coupes sèches (– 40% en trois ans) réalisées par son principal financeur, la CCI Le Mans-Sarthe, elle-même sujette à une baisse de ses dotations étatiques.

Créér un cycle postbac et élargir les promos

Après avoir clos l'exercice financier 2015 grâce à l'aide d'urgence des collectivités, l'école d'ingénieurs a démarché le Cesi, pour envisager un partenariat. Le groupe, créé en 1958 par des industriels, propose des formations professionnelles mais aussi des cursus ingénieurs. L'un de ses 25 sites est déjà installé au Mans.

L'objectif de cette alliance est clair : donner à l'Ismans une nouvelle visibilité pour accroître ses effectifs et donc ses revenus. Avec des promotions d'environ 80 élèves actuellement, l'école entend attirer à l'avenir 375 étudiants chaque année. Autre ambition : créer un cycle préparatoire intégré, pour recruter des élèves après le baccalauréat.

500.000 € de la métropole

Pour financer ce plan de route, l'école a de nouveau fait appel aux collectivités locales, qui accompagneront une relance échelonnée sur six ans.

Outre un chèque de 700.000 € promis par la Région et 300.000 € du département, la métropole a voté, le 12 avril 2016, en faveur d'une enveloppe de 500.000 €, ventilés sur 2016, 2017 et 2018. "Le sauvetage et la relance de l'Ismans s'inscrivent dans un contexte de renforcement de l'innovation industrielle, dans une région qui manque d'ingénieurs", justifie la métropole.

Les fonds débloqués par les conseils territoriaux ajoutés à la dotation de la CCI permettront à l'école de disposer d'une enveloppe globale de près de 4 millions d'euros. Avec pour objectif l'équilibre financier en 2020.


Céline Authemayou | Publié le