Newsletter

EdTech : 8 start-up qui veulent révolutionner l'orientation postbac

Camille Pons
Publié le
Envoyer cet article à un ami
EdTech : 8 start-up qui veulent révolutionner l'orientation postbac
Les start-up EdTech s'intéressent de plus en plus au segment de l'orientation. // ©  plainpicture/Anja Bäcker
Du test de personnalité à des réponses adaptées grâce à l'intelligence artificielle, en passant par des échanges directs avec des étudiants ou la plongée dans des parcours réels, l'offre EdTech en matière d'orientation s'enrichit. Zoom sur huit solutions proposées par des start-up françaises, en amont de la conférence EducPros du 29 mars.

Selon une étude 2017 de Deloitte Digital menée avec la Caisse des dépôts, 37 % des applications développées dans les EdTech concernent les outils de gestion pour l'éducation et la formation. Parmi elles, de plus en plus de solutions dédiées à l'orientation, mises au point par des start-up françaises, recensées par l'observatoire des EdTech, dont EducPros est partenaire. L'enjeu de ces nouveaux outils et services ? La personnalisation des réponses, contenus et recommandations de formations et de métiers, en fonction des questions posées et des profils des utilisateurs, en mêlant big data, intelligence artificielle et sciences cognitives.

1. Pixis : s'orienter aussi vers des métiers qui restent à inventer

La plate-forme d'orientation Pixis met à disposition plusieurs outils. Parmi eux, une galaxie de métiers (731), représentés sous la forme d'une constellation de points, qui fait office de moteur de recherche. On peut naviguer en cliquant sur les métiers, enrichis des niveaux d'études et des salaires de démarrage. La constellation peut être personnalisée en sélectionnant des secteurs, centres d'intérêts… Ou en lui donnant une coloration de développement durable.

C’est là l'originalité de cette solution qui vise aussi à orienter vers des métiers appelés à être porteurs, notamment les professions s'inscrivant dans les 17 objectifs de développement durable de l'ONU. L'application propose aussi un fil d'actualités, un test de personnalité, un chat de coaching et des Mooc pour se familiariser avec les matières qu'il faudra étudier.

2. Impala : mieux se connaître et s'affranchir de stéréotypes

Impala, dont la plate-forme était ouverte au grand public depuis janvier 2016, sera à nouveau opérationnelle à la rentrée 2018. Elle proposera l'accès à une carte interactive, où les points grossissent en fonction de critères rentrés dans un moteur de recherche, identifiant des métiers et formations qui y mènent.

Les internautes auront également la possibilité de faire un travail d'introspection, via une quinzaine de mini-jeux qui feront apparaître points forts, motivations, centres d'intérêt, etc. Ils pourront élaborer un board, rempli avec ces critères, suggestions de domaines, métiers… Qui généreront automatiquement des cartes plus fines de métiers et formations. Est également prévu l'accès à des modules et à des quiz visant à déconstruire les stéréotypes.

3. Studizz bot : échanger directement avec l'établissement

Depuis son lancement, fin 2012, la start-up Studizz a développé plusieurs services dédiés à l'orientation des jeunes. S'y ajoute Studizz Bot, un chatbot aujourd'hui installé sur les sites d'une quinzaine d'établissements. Le jeune internaute peut engager directement la conversation avec lui depuis leurs sites, et, selon son profil et ses attentes (études, envies de carrière…), le robot conversationnel montre ce que l'établissement peut lui offrir (formations, vie étudiante, opportunités internationales, débouchés…).

Objectif premier : en finir avec la lecture de dizaines de pages Internet qui font décrocher l'internaute. Un dispositif gagnant-gagnant : le jeune est épaulé dans sa recherche et l'établissement prospecte dans le même temps.

4. Hello Charly : coach individuel, mi-automatisé, mi-humain

Hello Charly fonctionne depuis mars 2016 sur le principe de l'échange. D'abord chatbot, il peut laisser place ensuite à un humain pour aller plus loin. L'agent conversationnel propose un échange gratuit, via SMS ou Messenger. Après une série de questions pour "faire connaissance", l'intelligence artificielle suggère des pistes de métiers et des formations associées.

Charly peut aussi aider à trouver des stages ou des alternances. Ces échanges 100 % automatisés peuvent être complétés par la possibilité de discuter avec un coach par Skype, de se faire corriger un CV, une lettre de motivation… Des services "additionnels", facturés à hauteur de 69 euros.

5. MyFuture : des stages pour affiner son orientation

Depuis 2015, Myfuture a développé deux web apps d'aide à l'orientation scolaire et professionnelle : une dédiée au stage de découverte de 3e et "Moi dans dix ans", nom de l'association dont la start-up est partenaire, qui permet à des collégiens et lycéens de trouver des mini-stages d'un à cinq jours pendant les vacances scolaires, pour découvrir les secteurs qui les intéressent.

Facturé 59 euros, le service s'appuie sur un réseau plus de 1.500 professionnels. L'échange commence sur une page du site où l’on précise son statut (collégien, lycéen…), les domaines que l'on souhaite découvrir, les lieux et périodes possibles… Une foire aux questions fournit également des réponses concernant les temps de stages, la convention et l'assurance à souscrire.

6. OrientaSchool : réserver des périodes d'immersion chez des pros

Lancé en 2016, le chatbot OrientaSchool donne la possibilité d'accéder en un temps très rapide, sur Messenger via un accès par le "menu", à des contenus simples, dont des ressources extérieures (celles de l'Onisep par exemple). En plus d’un test de personnalité, plus original, le chatbot propose de vivre le job de ses "rêves", en "réservant" une semaine d'immersion chez des pros. 285 professionnels, pouvant accueillir un jeune à raison de 250 à 500 euros par semaine, sont répertoriés. Dès qu'Ori, le robot conversationnel juge la demande "complexe", il renvoie vers un humain.

7. Study Advisor : le site qui vous fait "matcher" avec un étudiant-conseil

Study Advisor, lancé en juillet 2016, met en relation des lycéens avec des étudiants qui les informent sur les parcours et les établissements. L'utilisateur entre dans un moteur de recherche des mots-clés pour définir son aspiration professionnelle et la plate-forme le fait matcher avec plusieurs advisors, dont on peut connaître les parcours et avec qui l'on peut prendre rendez-vous pour échanger ensuite par téléphone. À la fin de la conversation téléphonique, la plate-forme émet une recommandation et une mise en contact avec un ou plusieurs établissements. L'intérêt de la formule, selon leurs concepteurs ? Donner des réponses “objectives et authentiques”.

8. Data et dialogue avec les professionnels avec HumanRoads

Proposé d'abord aux établissements pour donner à voir les parcours de leurs alumni, le "GPS de l'orientation", HumanRoads, est disponible au grand public depuis ce premier trimestre 2018. Comme sur une carte routière, cette application permet de visualiser les parcours d'études et professionnels que souhaitent suivre les utilisateurs.

Pour générer ces cartes en fonction des profils, la start-up a indexé des milliers de parcours "réels" à partir de LinkedIn, Viadeo… Ils permettent de connaître les détails et la durée approximative des parcours, les obstacles et les autres voies possibles. L'application propose aussi aux jeunes utilisateurs de la plate-forme d'échanger avec des professionnels pour construire leurs parcours.

Jeudi 29 mars, conférence EducPros

Sciences cognitives, neurosciences, intelligence artificielle… Depuis quelques années, ce vocabulaire scientifique a fait son apparition dans le secteur de l'éducation. Chercheurs et entrepreneurs redoublent d'énergie pour concevoir et construire de nouveaux outils visant un objectif : améliorer l'orientation des jeunes et les enseignements.

Comment les sciences cognitives peuvent-elles transformer les formations ? L'intelligence artificielle va-t-elle permettre de développer un enseignement sur-mesure, grâce à l'exploitation des données d'apprentissage ? Faut-il avoir peur de cette nouvelle approche numérique de l'éducation ?

Le 29 mars 2018, EducPros, en partenariat avec EducAzur et l'Inria, vous invite à venir échanger et débattre sur le sujet, aux côtés d'experts du secteur.

Informations et inscription


Camille Pons | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires