Englishbyyourself.fr : un outil efficace pour améliorer son anglais ?


Publié le
Envoyer cet article à un ami
Le nouveau site Internet dédié à l’apprentissage oral de l’anglais conçu par le CNED (Centre national d’enseignement à distance) et commandé par le ministère de l’Éducation nationale ne se veut ni un substitut aux cours de langue, ni un logiciel d’apprentissage ou un portail de vente de formations. Alors qu'apporte-t-il exactement ? Côté enseignants, on s’interroge.


Mardi 7 février 2012, Luc Chatel officialise l’ouverture d’Englishbyyourself.fr . Ce site Internet destiné à l’apprentissage de l’anglais a été créé par le CNED (Centre national d’enseignement à distance), en partenariat avec le British Council et France Telecom Orange, à la demande du ministère de l’Éducation nationale. « Le postulat de départ était de dire que tout le monde pouvait s’améliorer en anglais. Englishbyyourself.fr est un site hybride qui mêle éditorial et formation », présente Serge Bergamelli, directeur général du CNED. Il est ouvert aux enfants à partir de 3 ans et aux adultes sans limite d’âge. Aucune information personnelle n’est demandée aux moins de 13 ans. Au-delà de cet âge, il faut s’identifier.  

Espace gratuit, espace payant

Ensuite, concrètement, comment ça marche ? Vous mentionnez sur le site vos centres d’intérêt (économie, politique américaine, voyages, etc.), vous indiquez vos besoins en anglais (du commerce, un voyage, une réunion…), et on vous propose des ressources numériques (vidéos, radios, jeux éducatifs…) susceptibles de vous plaire pour vous immerger dans la langue. Des informations sur ces ressources (durée, source, type, gratuité, difficulté, etc.) sont mentionnées en bas de page.

Vous pouvez aussi mesurer votre niveau grâce à un test de 20-30 minutes. Mais Serge Bergamelli insiste : « le site ne part pas de votre niveau pour vous proposer des ressources ». Vous pouvez enfin chercher des formations gratuites ou payantes (du CNED ou d’autres organismes privés) si vous voulez aller plus loin. De quoi faire bondir les enseignants (lire l’encadré). Des conversations téléphoniques avec des conseillers du CNED seront proposées à partir de mars 2012.

15 enseignants du CNED derrière le site

Pour renouveler sans cesse le contenu éditorial du portail, le CNED mobilise une équipe éditoriale composée d’une quinzaine d’enseignants « maison ». Le centre attend plusieurs dizaines de ressources mises en ligne par professeur et par jour. De façon plus classique, derrière « l’espace formation », figure un plateau téléphonique d’orientation comme pour toute offre CNED.

Au total, l’outil aura coûté 3 millions d’euros aux 3 partenaires. Les objectifs de connexions n’ont pas été annoncés. Une partie de l’écran sera dédié à de la publicité (sauf dans l’espace des 3/6 ans). « Il s’agira d’auto-promotion pour le CNED mais aussi de publicités en lien avec le site », indique la chef du projet englishbyyourself.fr. Selon Serge Bergamelli, l’outil pourrait être décliné dans plusieurs langues, notamment l’espagnol. Mais le ministère de l’Éducation nationale n’a pour le moment pas passé commande.

Englishbyyourself : la critique d’un professeur d’anglais

Véronique Repeczky, professeur d’anglais en collège, en classe préparatoire et à l’UTC (Université technologique de Compiègne)

« Les élèves du premier ou second degré ne vont pas aller travailler seuls leur anglais sur Internet. Il n’y a que des énarques pour penser le contraire. C’est une utopie, une vaste fumisterie lancée sans avoir consulté les enseignants. Les élèves aiment avoir en face d’eux un professeur. Ce qui est intéressant en langue, c’est l’interaction. Avec Internet, s’ils ne comprennent pas, qui va leur répondre, qui va les encourager ? Un enfant n’attend pas qu’on lui réponde plus tard, par écrit.

Ceux qui iront sur le site seront ceux qui seront poussés par leurs parents et ont accès à Internet. Cela ne favorise pas l’égalité des chances. De même, proposer des formations payantes est discriminatoire. Personnellement, je m’arrange toujours pour ne pas faire payer les séjours linguistiques que j’organise pour mes élèves. Je crois que ce site est une nouvelle façon de faire des économies, de supprimer des postes. »


| Publié le