Englishbyyourself.fr : le ministère de l’Education nationale s'apprête à lancer son site d’anglais


Publié le
Envoyer cet article à un ami

Le ministère de l’Éducation nationale s’apprête à lancer officiellement dans les jours qui viennent un nouveau site Internet, Englishbyyourself.fr, destiné à l’apprentissage de l’anglais. Cette plateforme sera ouverte à tous, « de 3 à 100 ans », et « collera à la personnalité de chacun », a indiqué le ministère à educpros.fr. Mis en place avec le CNED (Centre national d’enseignement à distance), le site sera en grande partie gratuit, mais proposera également des services payants qui restent pour le moment flous. « Il ne s’agit pas d’un produit pour accrocher le client », prévient toutefois le ministère. À voir ce qu’en penseront les professeurs et les familles… En attendant, la future page du site renvoie sur le profil Dailymotion d'un certain «Toby Hornotoby » et des petits clips annonçant un mystérieux événement « pour se réaliser »...

La piste des professeurs du secondaire dans les écoles

L’outil figurait dans la liste de propositions de Luc Chatel, le ministre de l’Éducation nationale, annoncées au salon Expolangues en février 2011 pour « réinventer l’apprentissage de l’anglais en France ». Le ministre avait alors parlé de sensibiliser les enfants dès trois ans à la langue de Shakespeare et de recourir pour cela à des professeurs du secondaire dans les écoles. À l’heure des suppressions de postes d’intervenants étrangers en primaire et d’enseignants de façon générale, ces annonces avaient fait débat. Un comité de réflexion avait été chargé d’étudier toutes ces pistes.

A ce jour, la seule mesure concrète concernant les langues vivantes est donc l’ouverture d’Englishbyyourself. Mais Luc Chatel, dont la visite d'Expolangues 2012 a été annulée, devrait s'exprimer la semaine prochaine.

Langues anciennes en déclin

Du côté des langues anciennes, le ministre a lancé un appel à la refonte des enseignements, mardi 31 janvier 2012, lors de « Rencontres autour des langues et cultures de l’Antiquité ». Mais pour l’heure, Luc Chatel a surtout annoncé la création d’un prix Jacqueline de Romilly. Celui-ci récompensera des projets créatifs menés par des enseignants et des élèves de latin ou de grec. Un coup de projecteur sur ces langues en déclin : si un élève sur cinq suit des cours de latin au collège, un sur 20 choisit la langue ancienne au lycée. Des options ou spécialités victimes d’un cercle vicieux (et souvent des suppressions de postes)  : moins d’ouvertures de classes impliquent moins d’élèves. Et vice-versa.


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires