Newsletter

Enseignement supérieur : ce qui change au 1er janvier 2016


Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'université Grenoble 3 Stendhal
Les trois universités de Grenoble ne font plus qu'une depuis le 1er janvier 2016. // ©  Université Stendhal

Plus on est gros, plus on est visible. Telle semble la devise de 2016... Fusion d'universités, d'écoles d'ingénieurs et de régions : la carte de l'enseignement supérieur se redessine. Tour d'horizon de ce qui a changé depuis la nouvelle année. 

NAISSANCE DE 17 régions académiques

La réforme territoriale a abouti à la nomination de neuf "supers-recteurs" de région, tous déjà à la tête d'une académie du territoire. Ils sont chargés de présider le comité régional académique où siégeront les autres recteurs de la région. Au 1er janvier 2016, 17 régions académiques regroupent les académies actuelles, maintenues dans leurs limites géographiques.

FUSION des universités grenobloises

Les trois universités grenobloises ont fusionné au 1er janvier 2016. Le futur président de l'Université Grenoble-Alpes sera élu lors du premier conseil d'administration, le 7 janvier 2016. Ce sera très certainement une présidente, Lise Dumasy, jusqu'ici à la tête de Stendhal-Grenoble 3. Ses listes sont arrivées en tête lors des élections des représentants des conseils centraux. Patrick Lévy a été élu président de la Comue Université Grenoble-Alpes le 21 décembre 2015.

Le coût de la fusion est estimé à 2 millions d'euros.

Création de l'école Sigma Clermont-Ferrand

Annoncée en septembre 2013, la fusion entre les écoles d'ingénieurs clermontoises IFMA et ENSCCF est désormais effective, avec la publication du décret du 24 décembre 2015. Sigma Clermont-Ferrand continuera de proposer les spécialités phares des deux établissements précédents, la chimie et la mécanique.

L'ENSCCF (Ecole nationale de chimie de Clermont-Ferrand) © Joel Damase

dissolution de l'établissement public paristech

Le regroupement d'établissements ParisTech perd son statut d'établissement public de coopération scientifique, selon le décret du 29 décembre 2015. Toutes les écoles membres de ParisTech souhaitent poursuivre leur coopération au sein d'une nouvelle structure de type fondation. Seules HEC et l'École polytechnique se retirent du regroupement.

Aller plus loin :  ParisTech, an II

intégration de l'ENI Metz dans l'université de Lorraine

Seul établissement public d'enseignement supérieur lorrain encore directement rattaché au ministère de l'Enseignement supérieur avec l'université, l'École nationale d'ingénieurs de Metz, école spécialisée en génie mécanique et industriel de 945 étudiants, entre officiellement dans le giron de l'université de Lorraine (voir le décret du 11 septembre 2015).

Nouveau statut pour les écoles de commerce

2016 marque pour les écoles de commerce consulaires l'arrivée du nouveau statut, tant attendu. HEC et Toulouse Business School ouvrent le bal : les arrêtés du 23 décembre 2015 actent leur transformation en EESC (établissement d'enseignement supérieur consulaire).

A la clef ? Une personnalité morale et un cadre juridique proche de celui de la société anonyme, qui leur garantit une plus grande autonomie de gestion (achat, investissement, gestion du personnel) par rapport à leur tutelle consulaire. Et donc, une plus grande flexibilité, et de nouvelles marges de manœuvre en matière de gouvernance ou de diversification des sources de financement.


| Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Didier Ronze.

"Plus on est gros, plus on est visible". Quelques exemples dans le début du classement de Shanghai : MIT 11000 étudiants Harvard 21000 étudiants EPF Zürich 14000 étudiants Imperial College 15000 étudiants Cherchez l'erreur ...