Newsletter

Des étudiants d'AgroParisTech demandent un report du déménagement à Saclay

Laura Makary
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Des étudiants d'AgroParisTech demandent un report du déménagement à Saclay
Environ 200 étudiants de l'école se sont rassemblés le 5 avril 2018 devant les locaux de l'école, à Paris. // ©  Raphaël Forget
Environ 200 étudiants se sont réunis jeudi 5 avril 2018, à Paris, pour demander le report du déménagement d'AgroParisTech, afin que celui-ci coïncide avec l'arrivée du métro sur le plateau de Saclay, en 2027. Un conseil d'administration extraordinaire sur le sujet doit se tenir le 4 mai.

"Sauvez AgroParisTech", "Sans transport, on choisit le report", "Pas de métro = pas d'agros"… Les slogans de 200 étudiants de l'école d'ingénieurs, scandés devant les locaux de l'avenue du Maine, à Paris, ont résonné dès 13 heures, jeudi 5 avril 2018. Le but de leur mobilisation : demander le report du déménagement de l'école, qui se prépare à quitter le centre de Paris pour le plateau de Saclay, situé à une petite trentaine de kilomètres au sud de la capitale, alors que direction et professeurs étaient réunis le meme jour pour le conseil des enseignants.

L'arrivée du métro reportée à 2027 au lieu de 2024

Cela fait déjà quelques semaines que la mobilisation s'organise au sein de l'établissement. Le point de départ de ce mouvement : l'annonce par le Premier ministre, Édouard Philippe, du report de la livraison de la ligne 18 en 2027 "au plus tard", au lieu de 2024. De quoi créer des inquiétudes.

"Nous avons commencé par lancer une pétition en interne, qui a réuni 1.850 signatures uniquement d'étudiants et de membres du personnel, soit environ les deux tiers de la communauté d'AgroParisTech. Notre but est de fédérer le maximum d'étudiants. Notre revendication est simple, nous souhaitons que le déménagement soit reporté, afin de coïncider avec l'arrivée du métro", déclare Armand Leroy, étudiant en première année à AgroParisTech et élu au conseil d'administration, présent à la manifestation.

Parmi les craintes des étudiants : la perte en attractivité de leur école une fois sur le plateau, trop difficile d'accès selon eux. "Il faut environ 1 h 30 pour s'y rendre depuis Paris, soit trois heures aller et retour, et c'est le même problème pour les étudiants, les personnels et les professeurs. Certains envisagent de quitter l'école après le déménagement, ce qui serait dommage pour la qualité de l'enseignement. Et la voiture n'est pas non plus une solution à Saclay, car les routes du plateau sont déjà saturées. Tout comme les lignes de bus", soupire Virgil Hervagault, élève de deuxième année. Et l'urbanisation de la zone est désormais ajournée. L'agglomération a annoncé le 5 avril la suspension de la construction de 5.000 logements du futur quartier entre Orsay et Saclay, qui devait être desservi également par la ligne 18.

Un conseil d'administration extraordinaire le 4 mai

Prochaine échéance pour AgroParisTech : un conseil d'administration extraordinaire, qui se tiendra le 4 mai. "Nous y étudierons trois scénarios possibles : conserver le déménagement en 2021, en prévoyant des navettes pour se rendre plus facilement à l'école, reporter le projet pour le faire coïncider avec l'arrivée du métro, ou alors l'annulation du déménagement. Nous allons chiffrer et mesurer le poids financier de chacun de ces scénarios", détaillent plusieurs enseignants élus syndiqués, soutenant leurs élèves.

L'un d'entre eux évoque également le projet de rapprochement tout récemment annoncé entre AgroParisTech, Montpellier SupAgro et Agrocampus Ouest : "Nous allons perdre en attractivité, car si nous ne devons former qu'un seul établissement, avec un seul et même diplôme, les étudiants préfèreront aller à Montpellier, où l'école est mieux desservie que sur le plateau de Saclay."

Des groupes de travail en cours de réflexion

La situation "préoccupe" Gilles Trystram, le directeur d'AgroParisTech, contacté par EducPros. "Nous avons mis en place des groupes de travail, avec les élus, dont les représentants des étudiants, afin d'observer ce qu'impliquerait un report. Je comprends les fondamentaux et le point de départ de cette mobilisation, qui est l'abandon de l'engagement de l'État sur l'arrivée du métro à la date annoncée. Nous échangeons en tout cas avec le ministère et les membres du personnel, afin d'avancer dans ce cadre compliqué", assure-t-il. Un cadre d'autant plus complexe que le siège actuel d'AgroParisTech, situé dans le 5e arrondissement de Paris, devrait être prochainement vendu.

La décision de déménager avait été entérinée par un conseil d'administration en septembre 2017, à une très courte majorité. La première rentrée à Saclay était alors fixée à septembre 2021. À l'époque, la ligne 18 du métro, jugée indispensable pour assurer l'accès à l'école, devait être opérationnelle en 2024. Les étudiants promettent de poursuivre leur mouvement s'ils ne sont pas entendus.


Laura Makary | Publié le

Vos commentaires (5)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Frida.

On en déduit donc que les futurs acteurs de la malbouffe, de la stérilisation de sols avec le glyphosate, de l'extermination des pollinisateurs avec les insecticides et de la souffrance des animaux en batterie et accessoirement promoteurs (!) du bétonnage des terres des plus fertiles d'IdF habitent dans Paris (cf les 3 heures de trajet par jour). Tout s'éclaire. PS: d'ailleurs à ce qu'on lit sur les commerces(il suffit de s'être déplacé un jour sur la CAPS pour savoir), l'absence de structures culturelles (Massy)on voit que c'est pure désinformation

Vous avez oublié de lire l'article ?.

Cocasse ? 3h minimum par jour de transport, aucun parking prévu sur place pour les étudiants, des professeurs, chercheurs et techniciens devant envisager de déménager sans nécessairement en avoir les moyens, aucun magasin ni supermarché sur le plateau (aller le faire accepter par ceux logés sur place et devant faire 2h de transport pour des courses). C'est vrai que face à tous ses problèmes, celui qui concernent le plus les étudiants et motivent leur protestation, c'est ne pas pouvoir se bourrer la gueule. Croyez moi, ça ils trouverons toujours comment faire. Mais faciliter l'enclavement du plateau, couper les étudiants de centres culturels formidables, rentre plus difficile la vie associative, semblent être des enjeux que vous n'avez pas su revoir. Eux si.

martine.

certes il est important d'avoir des transports rapides et efficaces a saclay (voir les difficultés des étudiants actuels de Saclay), mais il y a aussi une belle opportunité pour Agroparistech d'avoir des locaux mieux adaptés, une halle toute neuve, des labos superbes, des logements étudiants aux normes du XXIieme siècle. Paris intramuros n'est peut être pas la panacée.

phil.

Mais quel est le rapport avec la semoule votre commentaire ? #pasdemetropasdesaclay

Frida.

Evidemment, la motivation de tout élève ingénieur est de se bourrer la gueule et de ne pas bosser après la prépa. Le Quartier latin, c'est plus chic que le plateau de Saclay. Cocasse pour de futurs agronomes, cette phobie des champs !!!