Europe-Ecologie : ses positions sur l'enseignement supérieur et la recherche


Publié le
Envoyer cet article à un ami
Surprise des élections européenne du 7 juin 2009, le parti Europe-Ecologie obtient un score historique, 16,28 % des voix, talonnant au passage le parti socialiste (16,48 % des suffrages). Il se place ainsi en troisième position dans le scrutin, en France. Quelles sont ses propositions sur l’enseignement supérieur et la recherche ?

Daniel Cohn-Bendit, l'un des leaders de cette liste, s’est exprimé récemment sur Educpros , soutenant les enseignants-chercheurs et les étudiants en lutte contre les projets de réforme de Valérie Pécresse et Xavier Darcos.

Le parti Europe-Ecologie a également répondu, avant l’élection, aux questions de l’association Sauvons l’université (SLU) sur l'université et l'Europe. On trouve pêle-mêle la volonté de rendre caduc le processus de Lisbonne, d'instaurer une Politique de l’Enseignement et de la Recherche Commune (PERC), de mettre en place un statut européen de l’étudiant avec une carte étudiante européenne ouvrant aux mêmes droits ou de doubler le budget et réorienter l’effort de recherche scientifique vers la conversion écologique et sociale… Autant de projets présentés dans cette réponse de la liste Europe-Ecologie à SLU .

Le « pilier connaissances » du programme de la liste Europe-Ecologie

Parmi les 9 piliers du « contrat écologiste pour l’Europe » de la liste Europe-Ecologie , les propositions sur l'enseignement et la recherche sont réunies dans le « pilier connaissances, la culture, l'éducation et la recherche comme leviers de la mutation » (page 51 - 56), avec notamment le projet de mettre en place un plan européen de lutte contre l'illettrisme.


| Publié le