Newsletter

Facebook travaillerait à un Messenger destiné aux lycées

Hélène Labriet-Gross
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Facebook
Le projet de Messenger pour les lycées se heurte à des interrogations concernant la gestion des données personnelles des jeunes utilisateurs et sur les risques de cyber-harcèlement. // ©  Laurent Cerino/REA
REPÉRÉ DANS LA PRESSE AMÉRICAINE. Selon le site The Next Web, Facebook travaillerait au lancement d'un nouveau système de messagerie, destiné aux adolescents, des utilisateurs qu’il peine encore à conquérir.

Le site The Next Web a mis au jour un faisceau d'indices qui révèle le développement d’un nouveau produit par Facebook , baptisé "High School Networks for Messenger" (Réseaux de lycées sur Messenger). Innovation de ce système de messagerie : permettre aux élèves d’un même établissement de communiquer entre eux sur une chaîne dédiée.

En craquant son code, les deux informateurs de The Next Web ont révélé diverses fonctionnalités : les lycéens pourraient rechercher leur établissement avant de rejoindre Messenger, et demander à l'ajouter s’il n’y figure pas. Ils pourraient également rechercher leurs camarades de classe et les inviter à rejoindre le réseau, ou encore s'abonner à des forums de discussion dédiés à des cours qu'ils suivent.

Polémique sur les données personnelles

En décembre 2017, Facebook a lancé sa première offensive en vue de rajeunir son public en créant "Messenger for Kids", la messagerie destinée aux 6–13 ans. Les parents contrôlent la création du compte et les enfants peuvent uniquement communiquer avec une liste préétablie de contacts.

Facebook a toutefois essuyé de vives critiques, à la fois sur la gestion des données personnelles des enfants utilisant cette application, ainsi que sur la légitimité et l'indépendance des "experts" ayant validé son intérêt … Tout en étant rémunérés par l'entreprise californienne.

Facebook devra sans doute répondre aux mêmes questions lors d'un éventuel lancement de ce Messenger pour lycéens. Si cette application pourrait créer des liens solides entre élèves et professeurs et développer des groupes de travail, les risques d'abus liés à son utilisation sont bien réels, en particulier le cyberharcèlement entre utilisateurs, souligner The Next Web.

Par ailleurs, comment vérifier l'appartenance d'un individu à un établissement ? Facebook demanderait simplement une photo de la carte d'étudiant, ainsi qu'un selfie comme mesures d’identification.

Pour le moment, le réseau social n'a pas commenté ces fuites, ni confirmé le lancement prochain de ce produit.

L'article de The Next Web en anglais


Hélène Labriet-Gross | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne