Newsletter

Formation continue : Thierry Mandon retient 9 nouveaux établissements pionniers

Aurore Abdoul-Maninroudine
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Thierry Mandon secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche - rue Descartes
21 établissements sont désormais engagés dans un appel à projet pour développer la formation continue. // ©  Jean Luc LUYSSEN/REA
Un an après le lancement des premiers établissements pilotes pour développer la formation continue, neuf universités et groupements universitaires ont été retenus dans le cadre d'un deuxième appel à projets. Ces établissements bénéficieront de 20 postes au total, contre 30 l'an dernier.

Vingt-et-un. C'est le nombre d'établissements pilotes sur la formation continue créé depuis janvier 2016. Aux 12 "pionniers" retenus lors du premier appel à projet s'ajoutent neuf autres universités et groupements universitaires, dont les noms ont été rendus publics par Thierry Mandon, secrétaire d'État à l'Enseignement supérieur et à la Recherche, lundi 23 janvier 2017.

20 postes pour les lauréats de la deuxième vague

Les heureux élus vont bénéficier, au total de 20 postes supplémentaires. Il s'agit du Cnam (un poste), de la Comue Université de Bourgogne-Franche-Comté (trois postes), de l'université de Guyane (deux postes), de l'université de Lorraine (trois postes), de l'université Paris-Lumière (trois postes), de Normandie Université (trois postes), de l'université fédérale de Toulouse-Midi-Pyrénées (un poste), de l'université Bordeaux-Montaigne (trois postes) et de l'université de La Réunion (un poste).

Les 12 lauréats s'étaient partagé trente postes sur les 1.000 créés en 2016.

"Soyez les VRP de vos établissements !"

Lors de l'annonce des résultats, Thierry Mandon a lancé un appel aux universités françaises à "aller au-devant des entreprises". "Soyez les VRP de vos établissements ! Il faut dépasser la culture séculaire où ce sont les autres qui viennent à l'université, il faut faire une moitié du chemin. Ne considérez pas que la relation avec les entreprises est naturelle, elle ne l'est pas", a-t-il conclu.

Le secrétaire d'État à l'Enseignement supérieur et à la Recherche a également insisté sur la dimension collective de la démarche, devant faciliter la diffusion des bonnes pratiques et lutter contre les difficultés de changement d'échelle des innovations. "Trop souvent, on laisse les défricheurs partir seuls dans les forêts avec leurs machettes, alors que là, chaque établissement est en lien avec d'autres et bénéficie de l'accompagnement du ministère", a-t-il résumé de manière imagée.

Un premier bilan des lauréats 2016

Ces appels à projets sont la concrétisation de l’une des préconisations du rapport de François Germinet, président de l’université de Cergy-Pontoise, sur la formation continue à l’université. Alors que le premier appel portait principalement sur les structures mises en place en matière de formation continue, le second ciblait plus particulièrement la pédagogie.

Un point sur lequel a insisté François Germinet : "Le véritable enjeu, à terme, pour les universités, est d'aller au-delà de la formation continue marchande, à destination des entreprises, et de réussir à permettre à tout un chacun de se former tout au long de la vie. Cela suppose une réflexion importante sur les modalités pédagogiques à mettre en place."

Prochaine étape, en février 2017, avec la présentation du bilan des actions menées par les lauréats 2016.


Aurore Abdoul-Maninroudine | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Seb.

Remarquable travail d'Anne Bonnefoy qui a grandement contribué au succès du CNAM sur cet appel à projet !