Newsletter

Formations aéronautiques : l’ISAE cherche à développer sa marque en France et en Europe

Sylvie Lecherbonnier
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Faire rayonner sa marque. Telle est la préoccupation actuelle de l’ISAE (Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace) à Toulouse, issu de la fusion en 2007 des deux écoles d’ingénieurs aéronautiques Supaero et ENSICA.

Le directeur, Olivier Fourure, détaille une politique de marque à deux étages : « l’Institut ISAE d’un côté, les formations ENSICA et Supaero de l’autre selon les publics auxquels nous nous adressons ». Dans les prochaines années, la direction va porter ses efforts sur la notoriété de l’ISAE, les deux formations d’ingénieurs étant déjà bien installées. Elle souhaite créer un groupe ISAE avec d’autres établissements en réseau, sur le modèle de l’inter-groupe des Ecoles centrales. L’ENSMA à Poitiers est la première école sur les rangs. Des discussions sont engagées pour étudier les modalités de rapprochement.

Autre volet : l’international. L’ISAE participe à la création pour la rentrée 2011 d’une formation européenne baptisée EASI (European aerospace institute) avec un consortium d’universités européennes : l’ETSIA Madrid en Espagne, la TU de Delft aux pays-Bas, l’université de Pise en Italie, la TU Munich en Allemagne, KTH Stockholm en Suède, CTU à Prague et une université britannique qui reste à définir. Ce cursus constituera un parcours sur les deux dernières années des formations d’ingénieurs. Avec l’ambition de créer « une promotion européenne ». « Les étudiants des différentes universités auront des rendez-vous communs tout au long des deux ans, un projet en équipe européenne, par exemple. Ils partiront aussi étudier dans l’une ou l’autre des institutions », assure Olivier Fourure. Le président du conseil d’administration, Philippe Couillard, en est convaincu : « l’ISAE s’est restructuré en France. Il lui faut désormais construire un projet d’envergure en Europe pour habituer les élèves ingénieurs des différents pays à travailler ensemble. » Et faire connaître l’ISAE au-delà des frontières…


Sylvie Lecherbonnier | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires