Newsletter

Formations en informatique : les entreprises américaines font cavalier seul

Hélène Labriet-Gross
Publié le
Envoyer cet article à un ami
informatique
Les Etats-Unis font face à une pénurie d'étudiants et d'enseignants en informatique. // ©  plainpicture/Maskot
RÉPÉRÉ DANS LA PRESSE AMÉRICAINE. Face à la lenteur des universités américaines à s’adapter aux besoins actuels du secteur informatique, certaines entreprises développent leurs propres cursus.

Avec seulement 27.000 diplômés en informatique par an, le système universitaire américain ne fournit pas assez de main-d’œuvre aux entreprises du secteur. Pourtant selon la Computer Technology Industry Association (CompTIA), 1.8 million d’emplois vont être créés d’ici à 2024. Pour pallier cette pénurie, un nombre croissant d'entreprises s’impliquent dans la création de nouvelles formations, rapporte le Hechinger Report, site d’informations spécialisé dans l’actualité numérique, et repris par le magazine Wired.

Ainsi, Microsoft et Linux, entre autres, se sont associés à edX, la plate-forme de cours en ligne fondée par Harvard et le MIT. Cognizant Technology Solutions travaille avec les centres de formation Per Scholas dans l’État de New York. Quant à Steve Wozniak, cofondateur d’Apple, il a lancé sa propre université, WozU, en collaboration avec le Southern Careers Institute.

Mais instruire plus de monde n’est pas le seul objectif. Ces entreprises entendent aussi proposer des cursus plus adaptés aux compétences recherchées. Selon un sondage Gallup, seulement 11 % des recruteurs estiment que l’université prépare ses étudiants aux exigences d’un emploi, tandis que Manpower rapporte que 40 % des employeurs ont du mal à trouver des candidats correspondant au profil requis.

Accenture, Boeing, Microsoft ont réagi en créant l'Internet of Learning Consortium. Son but ? Accélérer la formation de futurs employés grâce à des formations en ligne. D’autres universités, comme Eastern Washington, adoptent les cours créés par Microsoft pour edX, et y ajoutent la présence de leurs enseignants dans un modèle d’apprentissage mixte, qui garantit souvent de meilleurs résultats aux examens.

Une pénurie de diplômés, mais aussi d’enseignants

Certains enseignants à l’université ne voient pas forcément d’un bon œil cette intrusion des entreprises dans la création de cours. Ils craignent tout d’abord que la quantité prenne le pas sur la qualité. Pour eux, l’adoption de cours en ligne déjà prêts et accessibles au plus grand nombre est moins coûteuse et plus rapide que la création ex nihilo d’un cours universitaire.

Ils pointent ainsi le manque d’enseignants qualifiés pour répondre à l’intérêt grandissant suscité par les cours d’informatique. Moins de 2.000 étudiants obtiennent leur doctorat en informatique chaque année. Parmi eux, six sur dix préfèrent les salaires élevés du secteur privé à l’enseignement.

Pourtant, l’engouement pour le secteur est réel. Plus de la moitié des emplois actuellement proposés sur le marché du travail requièrent des compétences dans ce domaine, et les étudiants savent qu’elles permettent de négocier un salaire plus élevé. Les universités n’ont plus d’autre choix que de réagir.

L’article de Wired en anglais


Hélène Labriet-Gross | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires