"France Business School est une excellente idée" (Frank Bournois, CEFDG)

Propos recueillis par Jessica Gourdon
Publié le
Envoyer cet article à un ami
??
??
Frank Bournois est président de la CEFDG , commission sous la tutelle des ministères de l’Enseignement supérieur et de l’Industrie qui évalue les écoles de commerce et leur attribue le visa et le grade de master. Il réagit à France Business School , projet de fusion de six écoles de commerce révélé par Educpros.

Que pensez-vous du projet de création de France Business School, issue de la fusion de plusieurs écoles comme l’Escem, les ESC d’Amiens ou de Pau ?

C’est une excellente idée. Je me félicite de cette initiative. Du côté des universités, le mouvement des PRES donne une dynamique positive. Il peut en aller de même dans les écoles !

Quels sont, selon vous, les avantages ?

Ce projet de fusion, tel que j’en ai eu écho, permettrait de créer un grand ensemble visible depuis l’étranger, avec une vraie masse critique d’étudiants, et un vrai rayonnement. Il permettrait aussi de mutualiser des moyens, de constituer un corps professoral large, avec plus de coopérations en matière de recherche. A l’heure où les écoles consulaires font face à de vrais problèmes de financement, suite notamment à la réforme des chambres de commerce, cela me semble pertinent.

Ne pensez-vous pas que les obstacles sont trop importants, du côté des professeurs comme des étudiants, voire des anciens élèves ?

C’est sûr, il va falloir convaincre beaucoup de monde ! Le projet est ambitieux. L’important, c’est d’avoir un vrai plan stratégique, avec un projet novateur. Il faudra surtout que ces écoles gardent un lien avec le territoire sur lequel elles sont installées.

La réaction de Michel Kalika : favorable au projet

"Les alliances et fusions peuvent permettre des mises en commun de ressources et des synergies au plan global", écrit le blogueur EducPros, ancien directeur de l'EM Strasbourg, dans un billet intitulé Ecoles de commerce : fusions, alliances... le mouvement va continuer !


Propos recueillis par Jessica Gourdon | Publié le