Futurs étudiants, alumni : le passage obligé des réseaux sociaux


Publié le
Envoyer cet article à un ami
Recruter les futurs étudiants, fidéliser les anciens. Ces deux missions capitales pour les établissements passent de plus en plus par les réseaux sociaux. La recherche des alumni a ouvert le bal. Revue de détails des bonnes pratiques en usage dans les universités et les écoles.


Les « anciens » constituent le réseau de l’école ou de l’université. L’UPMC (université Pierre-et-Marie-Curie) compte potentiellement près de 173.000 personnes réparties dans 64 pays. Une vraie mine d’or pour la recherche de fonds ou encore pour constituer un réseau de placement des étudiants ou diplômés (stages, premier emploi…) ! Encore faut-il réussir à localiser les pépites…

Pour cela, les responsables ont misé sur les réseaux sociaux, et les âmes d’agent secret de leurs ouailles : « Nous avons lancé un jeu baptisé “Curieux X wanted”, explique Claire de Thoisy-Méchin, responsable des relations presse. Pendant plus de deux mois, près de 500 internautes volontaires ont traqué les diplômés perdus de vue en s’aidant de Facebook et de Viadeo. Résultat : 4.722 anciens supplémentaires ont été identifiés. Ce sont désormais 30 % de nos alumni qui sont actifs, c’est-à-dire joignables. »

L’ISEG ne s’est pas contenté des réseaux sociaux grand public pour chasser ses diplômés. Depuis trois ans, 2ai (Association des anciens de l’ISEG) a développé sa propre « open community » : annuaire, offres d’emploi, forums de discussion, organisation de « petits dej’ » ou d’« after work »… Les efforts commencent à porter leurs fruits. « C’est un travail de longue haleine, reconnaît Béatrice Vendeaud, directrice du réseau des anciens. Mais nous avançons. Sur 14.000 anciens, nous avons les coordonnées actualisées d’environ 8.000 d’entre eux. Il n’y a pas de canal privilégié, notre réseau interne ne suffirait pas, c’est tout l’écosystème qui est important. »

Faire la chasse aux futurs étudiants

De façon plus récente, les établissements se servent également des réseaux sociaux pour recruter de nouveaux étudiants. Avec des fortunes diverses. Au pôle ESG, en plus de la page Facebook institutionnelle du groupe et de celle dédiée aux étudiants basés à l’étranger, a vu le jour une « spéciale concours » .

« Avant, les jeunes appelaient directement l’école pour obtenir des renseignements ; maintenant, ils n’ont qu’à se rendre sur Facebook », selon Catherine Headley, directrice du département digital marketing. Dates et modalités du concours, formulaire de candidature, annales, vidéo des locaux, interview d’examinateurs… et la possibilité de poser des questions subsidiaires.

La forme non plus n’a pas été laissée au hasard : « Nous avons choisi des couleurs glossy, des photos punchy… Nous voulons faire passer un message ludique et décalé », détaille Marine Gèze, la créatrice de la page. Et l’école met en avant des résultats encourageants : plus de 600 fans en quelques mois d’existence.

L’expérience a été un peu moins concluante à l’université d’Avignon. « Nous avons tenté une campagne de recrutement sur Facebook, rapporte Dominique Joly, chargée de projets multimédias. Mais cela n’a quasiment eu aucun impact sur la fréquentation du site institutionnel. A contrario, avec Google Adwords [achat de mots clés sur Google], la fréquentation a augmenté de plus de 1.000 % ! Finalement, nous avons abandonné la publicité sur le réseau social. Nous continuons bien sûr de soigner notre page, mais pour la prospection, nous misons beaucoup plus sur notre site Internet choisiravignon.fr . »

Si, pour la recherche des alumni, les réseaux sociaux semblent avoir fait leurs preuves, le recrutement des nouveaux étudiants par la voie du Web 2.0 n’en est qu’à ses débuts. À suivre…

Les articles du dossier :

Réseau social grand public ou interne à l’établissement : que choisir ?

« Community manager » : un recrutement stratégique

Futurs étudiants, alumni : le passage obligé des réseaux sociaux

Premier emploi : comment bien investir les réseaux sociaux

span class="external-link-new-window">Manuel Canévet (directeur associé de l’agence Campus Communication) : « Les réseaux sociaux peuvent aider, enfin, à créer un sentiment d’appartenance à un établissement »

Profs et élèves sur les réseaux sociaux : des liaisons dangereuses

Suivez toute l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche sur le compte Twitter d'Educpros et la page Facebook d'Educpros .


| Publié le