Newsletter

Hervé Biausser pressenti comme directeur unique de Centrale et Supélec

Sophie Blitman
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Hervé Biausser - directeur général de CentraleSupélec
Hervé Biausser - directeur général de CentraleSupélec

Directeur de Centrale Paris, Hervé Biausser devrait également prendre la tête de Supélec à partir de septembre 2013. Un nouveau pas dans le rapprochement des deux écoles d'ingénieurs.

La rentrée 2013 s'annonce riche en changements pour Centrale Paris et Supélec, qui devraient avoir un seul et même directeur à partir du 1er septembre : alors qu'Alain Bravo s'apprête à quitter la direction générale de Supélec fin août 2013, Hervé Biausser a d'ores et déjà été proposé pour prendre sa succession.

C'est ce qu'ont annoncé les écoles dans un communiqué de presse, le 2 avril 2013, soulignant que le conseil d'administration de Centrale a parallèlement proposé de reconduire son directeur pour un troisième mandat et accepté le principe d'un cumul des deux fonctions.

La nomination de Hervé Biausser à la tête de Supélec ne sera effective que si elle est confirmée par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a priori au cours de l'été, mais le suspense est limité dans la mesure où il devrait être le seul candidat.

Vers un grand établissement unique

Cette annonce, cinq mois avant l'échéance, témoigne de la volonté des écoles de donner un nouveau signe concret de leur rapprochement : entamé depuis maintenant huit ans, celui-ci s'effectue par étapes, régulièrement relayées par des actions de communication.

Partenaires en 2005, les deux écoles ont créé en 2006 l'institut de recherche C3S (Centrale Supélec sciences des systèmes), avant de s'engager dans une alliance stratégique en 2008, d'organiser leur premier forum d'entreprises commun en 2010 et de lancer la marque CentraleSupélec en 2011.

Si les deux écoles devraient donc avoir un directeur unique à la rentrée 2013, elles resteront deux entités distinctes qui délivreront deux diplômes – du moins pour l'instant. La question d'un cursus commun n'est en effet pas encore tranchée. L'objectif, aujourd'hui, est avant tout de créer un EPSCP (Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel) le 1er janvier 2014 et de préparer le contrat quinquennal 2015-2019 qui "présentera les orientations politiques et les choix stratégiques de la nouvelle institution".

L'objectif est de créer un EPSCP le 1er janvier 2014


Or, si Centrale Paris a déjà le statut de grand établissement, Supélec est une association de droit privé, ce qui pose des questions juridiques complexes, notamment au niveau des contrats des personnels de Supélec, qu'ils soient administratifs ou enseignants-chercheurs. Reste aussi à régler la question de la tutelle du futur EPSCP, Centrale dépendant du ministère de l'Enseignement supérieur, Supélec de l'Enseignement supérieur et de l'Industrie.

Autant de points actuellement en réflexion dont l'avancement devrait faire l'objet d'une nouvelle communication, à la rentrée 2013.


Sophie Blitman | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Maurie Levy.

Les Centraliens veulent garder leur identité et pas la souiller avec celle des électriciens.