Newsletter

Idex Lyon : l'université unique divise les troupes

De notre correspondante à Lyon, Muriel Florin
Publié le - Mis à jour le
Envoyer cet article à un ami
USAGE UNIQUE - Lyon 3
L'université Lyon 3 a voté contre le projet d'université unique proposé par l'UdL dans le cadre du dossier Idex. // ©  Laurent Cerino/REA
Dans son dossier amendé dédié à sa candidature Idex, l'Université de Lyon-Saint-Étienne annonce la création d'une structure unique en 2020. Si le projet a été validé, non sans réserve, par les conseils d'administration de Lyon 1 et Lyon 2, il a été en revanche retoqué par Lyon 3.

À quelques jours de l'échéance, l'Université de Lyon-Saint-Étienne affiche désormais la couleur. La Comue doit rendre le 29 novembre 2016 son dossier de candidature à l'Idex. Après plusieurs semaines houleuses, marquées par le flou entourant la future structure juridique du projet, l'UdL annonce vouloir aller vers une "université unique rassemblant universités et écoles (...) seule destinataire des dotations de l'État et des institutionnels, tutelle universitaire unique des unités de recherche."

Selon le document résumant le projet et présenté au conseil d'administration de l'UdL le 22 novembre 2016, la Comue actuelle disparaîtra à l'horizon 2020, année de création de cette université unique. Le dossier précise que "seuls les établissements qui accepteront de transférer toutes leurs compétences participeront à cette gouvernance", tout en promettant que "les composantes internes bénéficieront d'une grande autonomie en matière de pédagogie, de gestion financière et de recrutement des personnels."

inquiétudes autour de la gouvernance

Si les réponses de l'UdL aux observations du jury international concernent tout aussi bien la recherche, que la formation, ou encore la vie étudiante, l'attention et les craintes de bon nombre d'acteurs du dossier restent focalisées sur la gouvernance.

Lors de plusieurs assemblées générales, organisées au sein des universités membres de la Comue ces dernières semaines, tous les syndicats représentant les membres du personnel – à l'exception de l'Unsa – se sont inquiétés de la perte de personnalité morale et juridique de la future entité, de la marge d'autonomie des composantes et des conséquences pour les personnels. Ils se sont aussi émus de n'avoir pas eu accès à la version complète du dossier de candidature, réservée aux douze responsables des établissements membres de l'UdL.

Lyon 3 rejette le projet

C'est dans ce contexte instable que les trois universités de la Comue ont eu à se prononcer sur le projet Idex, par la voie de leur conseil d'administration, fin novembre. À Lyon 3, où la tension est palpable depuis plusieurs semaines, les craintes auront eu raison de la participation de l'établissement à l'Idex.

D'une courte tête, le conseil d'administration de l'établissement s'est prononcé, le 21 novembre 2016, contre son engagement dans le projet, pourtant prôné par son président, Jacques Comby. Une décision qui entraîne, de fait, la sortie de Lyon 3 du consortium candidat. La porte lui reste cependant ouverte, a immédiatement précisé Khaled Bouabdallah, président de l'UdL.

Prenant acte de ce vote, Jacques Comby a, quant à lui, annoncé la tenue d'un vote de confiance le concernant. De source interne, il envisagerait de présenter de nouveau l'engagement dans l'Idex à son conseil d'administration après avoir rallié à sa cause quelques opposants.

Lyon 1 et Lyon 2 disent "oui, mais..."

Les deux autres universités lyonnaises ont pour leur part approuvé le projet, mais en l'assortissant de quelques lignes de réserve... Ces dernières stipulent que le vote ne vaut pas acceptation de la fusion et que celle-ci devra faire l'objet d'une délibération ultérieure, en 2019 – l'université Jean-Monnet-Saint-Étienne pourrait d'ailleurs fixer cette même condition.

Si Lyon 1 semblait acquise à la cause Idex, la position de Lyon 2 était beaucoup plus attendue. Après avoir exprimé des doutes en septembre, Nathalie Dompnier avait appelé à la vigilance sur certains points, notamment sur l'échéancier. Devant son conseil d'administration, le 25 novembre 2016, la présidente de Lyon 2 a soutenu l'engagement de son établissement dans l'Idex, tout en regrettant l'accès restrictif au dossier de candidature.

"L'organisation de la future structure ne sera pas mise en place avant 2020. D'ici là, nous travaillerons sur les statuts, la coordination" a-t-elle argumenté, lors d'une assemblée générale le 21 novembre 2016, promettant également que "le calendrier des universités et des écoles serait identique."

De nouveaux votes attendus

Six autres membres de l'UdL doivent encore signifier leur engagement dans la première quinzaine de décembre. Si des votes négatifs semblent improbables, l'abandon de la personnalité morale et juridique sera certainement l'objet de discussions au sein du conseil d'administration de l'ENS et de Centrale Lyon. Sur ces bases, l'UdL espère convaincre le jury de sa volonté indéfectible d'aller vers une seule université, en ayant tous accepté les mêmes règles du jeu.

À Lyon 3, l'IAE veut poursuivre vers l'Idex
Loin de suivre la voie de son institution de rattachement, l'IAE de Lyon 3 a voté le 24 novembre 2016, via son conseil d'administration, une motion à la quasi-unanimité pour affirmer son intention de "participer avec l'Université de Lyon au projet de candidature Idex."

L'école universitaire en management, forte de 7.800 étudiants (sur les 28.000 de Lyon 3) ne compte pas passer à côté du projet. La motion juge la décision de l'établissement "en rupture avec les visions d'ouverture sur les mondes et de prospective de l'enseignement supérieur et de la recherche français, pour le développement des territoires et de leurs parties prenantes (...)."

Contacté par EducPros, Jérôme Rive, directeur général de l'IAE estime que les restructurations induites par l'Idex sont nécessaires : "C'est un projet de développement de l'excellence académique, qui permet de s'inscrire dans les standards internationaux." Si Lyon 3 reste à l'extérieur de la candidature, l'IAE entend bien "analyser toutes les possibilités d'association et de conventionnement lui permettant de contribuer à la dynamique collective liée à l'Idex", précise son directeur.

De notre correspondante à Lyon, Muriel Florin | Publié le - Mis à jour le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires