Newsletter

Indiscret. Fonds de roulement : les établissements du Nord en première ligne

Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Université Lille 2
Université Lille 2 // ©  Université Lille 2

Le suspense prend fin. Les universités et les écoles publiques visées par le prélèvement de 100 millions d’euros sur les fonds de roulement sont contactées progressivement par le ministère, qui leur annonce la couleur, à quelques jours de la réunion du Cneser sur les dotations 2015 du 27 avril.

Les téléphones vont commencer à sonner. La trentaine d’établissements visés par la ponction de 100 millions d’euros sur les fonds de roulement sont peu à peu contactés, afin d’être informés de la coupe qui va les concerner. La réunion du Cneser (Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche) où sera annoncée la répartition de l’ensemble des dotations 2015, amputées de ces montants, est en effet prévue pour le 27 avril 2015.

Le Nord-Pas-de-Calais particulièrement touché

Les recteurs ont été missionnés pour prévenir les établissements touchés dans leurs académies. Dans le Nord-Pas-de-Calais, ce sont six établissements qui vont connaître une ponction sur leurs fonds de roulement, a annoncé le recteur de Lille.

Sciences po Lille devrait se voir prélever 1 million d’euros sur les 4 millions d’euros de son fonds de roulement. Trois autres écoles lilloises vont être ponctionnées : Centrale Lille, qui compte 122 jours de fonds de roulement, l’École de chimie et l’Ensait (École nationale supérieure des arts et industries textiles). Enfin, ce sont deux universités du Nord qui seront les plus fortement touchées par cette coupe sur les budgets : Artois, avec un prélèvement de 24 millions d’euros, ainsi que Lille 2.

Neuf autres universités devraient recevoir l’appel du ministère : Paris 2 Assas, Pierre-Mendès-France (Grenoble 2), Lyon 3, Stendhal (Grenoble 3), l’université de la Polynésie, Corte, Nîmes, l’université de Bretagne-Sud et celle de Bourgogne.


Camille Stromboni | Publié le

Vos commentaires (2)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Fred59.

L'université Lille 2 a fait des économies avec un déficit chronique en personnel (il y a peu de temps, il manquait encore plus de 400 personnes). Et pourquoi s'être serré la ceinture au nom d'une bonne gestion, avec comme corollaire la souffrance d'un personnel pressé comme un citron, si au final, l'argent est ponctionné !

Sirius.

Etes-vous sûre de votre chiffre : "Artois, avec un prélèvement de 24 millions d’euros" ? La petite université d'Artois avait un trésor enfoui et personne ne le savait. Heureusement Bercy veille.