Newsletter

Indiscret. L'Ensta ParisTech et Polytechnique préfèrent l'association à la fusion

Céline Authemayou
Publié le - Mis à jour le
Envoyer cet article à un ami
L'Ensta ParisTech à Saclay ©Ph. Fretault
L'Ensta ParisTech à Saclay ©Ph. Fretault

L’Ensta ParisTech s’est prononcée, le 26 mars 2015, en faveur d’une convention d’association avec Polytechnique. L'hypothèse d'une fusion est donc définitivement écartée entre ces deux écoles d'ingénieurs, qui planchent sur un rapprochement depuis près de deux ans.

L'union passera donc par l'association. Un temps envisagée, la fusion pure et simple entre l'Ensta ParisTech et l'École polytechnique n'aura finalement pas lieu. Le conseil d'administration de la première s'est exprimé à l'unanimité en faveur d'un projet de convention d'association avec l'X, le 26 mars 2015.

Un vote qui clôture près de deux années de questionnement. En novembre 2013, la DGA (Direction générale de l'armement) demandait à François Lureau d'évaluer, à travers un rapport, la pertinence d'un "rapprochement institutionnel" entre les deux écoles d'ingénieurs.

Cet ancien polytechnicien (X63), président d'IESF (société des ingénieurs et scientifiques de France), préconisait alors la voie de la fusion, mais aussi une gestion rapide du dossier. Le rapprochement devant être effectif dès le 1er janvier 2015.

L'objectif initial et le calendrier n'auront pas été tenus. Depuis la publication du rapport, les deux directions ont retardé l'échéance afin de jouer la carte de la concertation avec les personnels, inquiets à l'idée de voir les deux structures fusionner. À l'Ensta ParisTech notamment, les représentants des salariés craignaient de voir leur établissement tout bonnement disparaître.

l'association, un modèle soutenu par les personnels

Après plusieurs mois de discussion au sein des deux écoles, la fusion a été abandonnée au profit de l'association, jugée plus souple et moins intrusive en matière de gouvernance. Les deux établissements conserveront ainsi leur propre identité ; les conseils d'administration resteront indépendants. L'autonomie budgétaire sera également préservée.

Néanmoins, il a été décidé que cette association serait pilotée par le président de l'X. Actuellement Jacques Biot. "Nous regrettons que le choix d'une gouvernance tournante n'ait pas été fait, souligne un membre du CTE (Comité technique d'établissement) de l'Ensta ParisTech. Mais ce point n'est pas de nature à remettre en question le projet, qui est soutenu par les personnels." Les CTE des deux établissements se sont en effet prononcés en faveur de l'association.

Sur le fond, le rapprochement passera principalement par le développement de nouvelles passerelles, en matière de formation et de recherche.

La prochaine étape aura lieu le 2 avril 2015, date du prochain conseil d'administration de l'École polytechnique. Sauf surprise, le projet devrait être, là aussi, validé par les membres. Le décret est attendu pour la fin de l'année 2015.

Polytechnique valide le projet

Le conseil d'admnistration de Polytechnique a voté, sans surprise, à l'unanimité en faveur du projet d'association, le 2 avril 2015. "Sans remettre en cause les dispositions actuelles de gouvernance, il sera ainsi créé un comité de pilotage et un comité stratégique de l’association, précise l'établissement.
Ces comités seront les garants du suivi et de la mise en œuvre des actions communes qui seront décidées en matière de formation, de recherche et de développement économique et international."

En matière de formation, des doubles-diplômes verront le jour, notamment dans les domaines des transports et de l'énergie; en recherche, des équipes communes seront créées en robotique et en ingénierie des systèmes.

Céline Authemayou | Publié le - Mis à jour le

Vos commentaires (3)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
alex.

C'est dommage, une belle opportunité rate, pour des raisons sans rapports avec la formation des elites françaises (syndicats / protection du personnel de l'administration). Il serait bien que la France ouvre les yeux et regardent ce qui se passe a l'étranger en terme d'education/formation: Les Ecoles françaises n'ont aucune visibilité internationale. Elles n'ont de "Grandes" que le nom...

toto.

C'est dommage "Polytechniques avancées" aurait été pas mal comme nom pour la nouvelle école.

xavier.

Que le personnel ait son mot a dire dans une telle decision est incroyable.... l avenir de nos grandes ecoles depend de representants syndicaux!