Newsletter

Indiscret. Succession de Richard Descoings à Sciences po: la procédure au point mort


Publié le
Envoyer cet article à un ami
Sciences po - Paris
Sciences po - Paris
Nouveau rebondissement dans la procédure de succession de Richard Descoings à la tête de Sciences po Paris. L'Etat demande à l'institut parisien d'attendre le rapport définitif de la Cour des comptes sur la gestion de l'IEP, escompté pour la fin 2012. Le début d'un bras de fer entre les dirigeants de Sciences po et le gouvernement ?

La situation fluctue d'une semaine sur l'autre à Sciences po. Si Jean-Michel Blanquer et Hervé Crès sortaient favoris dans la procédure de recrutement du successeur de Richard Descoings à la fin août , la lettre que vient d'envoyer le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche aux deux dirigeants de Sciences po rebat les cartes.


Geneviève Fioraso a demandé, dans un courrier adressé le 3 septembre 2012 à Jean-Claude Casanova, président de la FNSP (Fondation nationale des sciences politiques) et Michel Pébereau (président du conseil de direction de l'IEP), de prendre en compte les conclusions définitives du rapport de la Cour des comptes sur la gestion de l'IEP dans la procédure de recrutement du futur directeur de Sciences po, "dans l'intérêt de l'établissement". Une volonté qu'elle exprimait déjà à la fin du mois d'août qui se formalise désormais.

Attendre les conclusions définitives de la Cour des comptes

Ce qui implique nécessairement d'attendre le rapport définitif de la Cour qui, sauf coup d'accélérateur, ne devrait pas être achevé avant la fin de l'année civile (en novembre au mieux). La réunion du comité du conseil de direction en charge d'instruire le dossier prévue le mardi 4 septembre a ainsi été annulée - sans explications officielles. Celle du conseil d'administration prévue mi-septembre également.

 
Une pause qui contrarie la stratégie du duo Casanova-Pébereau, qui pousserait la candidature d'Hervé Crès afin de garder prise sur la prestigieuse école. En effet, s'il faut afficher une réelle rupture, les conclusions de ce rapport sur la gestion de l'IEP, entre 2005 et 2010, devraient compliquer la nomination d'Hervé Crès au poste de directeur. L'administrateur provisoire, directeur adjoint depuis fin 2008, fait en effet partie de l'équipe sortante.

Une nomination sous pression

Et en cette période de restrictions budgétaires, peu à Sciences po souhaitent faire un choix qui pourrait être vu comme une provocation vis-à-vis du nouveau gouvernement en place. Quant à ce dernier, il est également sous pression avec cette nomination emblématique, et une communauté universitaire qui rappelle, elle, son manque de moyens.

Le jeu des boules puantes monte simultanément d'un cran dans la campagne, principalement autour des deux favoris jusqu'ici. Outre le rapport, les qualités de gestionnaire d'Hervé Crès sont questionnées, en remontant jusqu'à ses années à HEC. Ressort également du chapeau la volonté supposée de Richard Descoings de se séparer du directeur adjoint suite à sa gestion de la polémique des super-bonus début 2012. Mais Jean-Michel Blanquer n'est pas épargné. On rappelle notamment son rôle clé dans le système éducatif sous la présidence Sarkozy.

La situation peut ainsi laisser penser qu'une réouverture de la compétition à d'autres candidats n'est pas exclue. Seule certitude : le duo Casanova-Pébereau, et leur favori Hervé Crès, sortent affaiblis de cette séquence, sans que cela fasse pour autant pencher mécaniquement la balance du côté de Jean-Michel Blanquer. Certains imaginent déjà l'arrivée d'un nouveau candidat providentiel...

24 candidats pour un poste de directeur

Suite au décès de Richard Descoings en avril 2012, l'IEP a mis en place une procédure de recrutement ad hoc pour choisir son directeur. Deux comités de sélection, issus des deux structures à la tête de l'institut [le conseil de direction et le conseil d'administration de la FNSP], ont été chargés d'instruire le dossier.

24 candidatures ont été déposées. Une short-list de 4 noms est remontée des comités : Gilles Andréani, Dominique Reynié, Hervé Crès et Jean-Michel Blanquer, qui ont été auditionnés.

Suivez toute l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche sur le compte Twitter d'Educpros et la page Facebook d'Educpros .


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires