Insertion professionnelle : à l'école des universités pionnières

Séverine Tavennec
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Insertion professionnelle : à l'école des universités pionnières
L'insertion professionnelle figure, avec l'orientation, comme une des priorités de  l'action de Valérie Pécresse pour l'année universitaire. À la rentrée 2009, toutes les universités ont mis en place leur BAIP (bureau d'aide à l'insertion professionnelle). Loi LRU oblige. Une simple formalité pour celles qui proposaient déjà de véritables structures dédiées à l'emploi, à l'image de Limoges, Aix-Marseille 3, La Rochelle ou encore Lille 2.

Maison de la réussite et de l’insertion professionnelle, carrefour des étudiants, site régional de professionnalisation… Les intitulés foisonnent. Car beaucoup d’universités ont multiplié les initiatives en faveur de l’emploi et de l’insertion professionnelle, sans attendre la création des BAIP.

Limoges : une convention avec dix grandes entreprises

«  L’annonce de la création d’un BAIP dans toutes les universités n’a pas provoqué de révolution au sein de notre établissement. Nous avons simplement regroupé des pôles existants » confie Sylvain Benoît, directeur du Carrefour des étudiants de l’université de Limoges. En 2001, cet établissement créait en effet la web TV, CanalSUP emploi, entièrement dédiée à l’emploi des jeunes diplômés de la Région Limousin. Six ans plus tard, le Carrefour des étudiants ouvrait ses portes avec notamment une plateforme premier emploi proposant divers ateliers : simulations d’entretien, mini-forums entreprises, sessions individualisées et autres conférences…. CanalSUP emploi est d’ailleurs aujourd’hui intégrée au Carrefour des étudiants. Le nombre d’offres de stages et d’emplois a été multiplié par cinq, passant de 20 à 100 offres consultables en permanence.

L’université de Limoges n’a donc pas attendu la loi LRU pour faire de l’insertion professionnelle de ses étudiants l’une de ses priorités. Elle a récemment signé une convention de partenariat avec dix grandes entreprises (Altran, Banque Populaire, Banque Tarneaud, Café Errel, Etablissements Beyrand, FNAC, Métis Biotechnologie, Schneider Electric, Norisko et la SNCF) autour des stages, du recrutement des diplômés, des projets chapeautés par des tuteurs, du travail de prospective sur les secteurs émergents…

Et Sylvain Benoît d’ajouter : « Nous avons organisé en juin dernier avec nos entreprises partenaires, une table ronde sur le thème : « Les jeunes diplômés face à la crise ». Nous avons essayé de trouver ensemble des solutions pour accompagner au mieux nos diplômés 2009 qui arrivent sur un marché du travail très tendu. »

Lille 2 : un site de professionnalisation unique

Les liens entre universités et entreprises se resserrent de plus en plus. L’inauguration du site Internet de professionnalisation de l’université Lille 2, organisé le 13 mai 2009, en témoigne. Des représentants d’entreprises régionales y sont venus témoigner de leur soutien envers l’établissement et de leur souhait d’être référencés sur le nouveau site univ-lille2.fr, où les étudiants peuvent déposer leur CV et les entreprises leurs offres d'emploi. Testée depuis début 2008 dans la faculté des sciences du sport, l'application va être reprise par toutes les composantes de l'université, chacune gérant directement ses contacts avec ses étudiants, anciens étudiants et entreprises.

Cette application pourrait devenir un modèle. Pour Patrick Pelayo, le vice président à l’insertion professionnelle de Lille 2, « l'organisation que nous avons imaginée à Lille 2 pourrait servir pour le PRES (pôle de recherche et d’enseignement supérieur) université Lille-Nord-de-France, qui doit mettre en place une plateforme régionale pour l'insertion professionnelle. Nous sommes prêts à mutualiser les outils que nous créons, comme le portail Web », annonce-t-il. La plateforme régionale, créée dans le cadre du PRES, doit coordonner les BAIP de chaque université et poursuivre les efforts entrepris pour l'insertion professionnelle des doctorants, développer les coopérations européennes et définir des actions spécifiques pour pallier les difficultés d'insertion de certains diplômés, comme ceux en situation de handicap ou victimes de discrimination.

Aix-Marseille 3 : rassembler les acteurs de l’insertion sur une plateforme emploi

A l’université Aix-Marseille 3, la plateforme d’orientation et d’insertion professionnelle créée en octobre 2008, regroupe désormais tous les acteurs chargés d’accompagner les étudiants vers le marché de l’emploi. Basile Sircoglou, vice-président de l’université, délégué à l’insertion professionnelle et directeur de cette plateforme, confirme l’aspect collégial du projet : « Des élus étudiants du Conseil de la vie universitaire, un enseignant référent et des partenaires extérieurs ont rejoint cette structure. » Depuis le 18 février 2009,  la plateforme est dotée de son propre site Web qui met en lien les étudiants et les entreprises. « A ce jour, nous avons enregistré plus de 15 000 connexions et nous proposons plus de 400 offres. »

La Rochelle : une maison de la réussite

A l’université de La Rochelle, Anne Aubert, directrice de la Maison de la réussite et de l’insertion professionnelle, vice-présidente réussite et insertion à l’université de La Rochelle, est fière, quant à elle, d’annoncer que 18 personnes permanentes travaillent au sein de cette Maison de la réussite… « Depuis 2000, nous marquons notre volonté d’aider à l’insertion professionnelle de nos étudiants. Nous nous impliquions déjà dans des clubs d’entreprises. En juillet 2007, nous avons donc créé cette Maison de la réussite et de l’insertion professionnelle qui regroupe désormais le SCUIO, le service formation continue et la cellule d’aide au premier emploi. L’établissement propose également un service stages/emploi via l’intranet, un atelier de création d’entreprises… Et Anne Aubert de conclure : « Nous organisons aussi des rencontres « petits-déjeuner » avec des thématiques. Cela a donné naissance notamment à un master en informatique, en alternance, répondant aux besoins des entreprises. »

Ces dispositifs universitaires en matière d’insertion professionnelle ne chômeront pas dans les mois à venir. Car la crise économique frappera essentiellement les jeunes. Et les diplômés ne seront pas épargnés.

Orientation, insertion professionnelle : les universités voient leurs missions redéfinies par la loi LRU
Les missions d'orientation des étudiants d'université et leur insertion professionnelle sont redéfinies par la loi LRU. Elle entrent dans les missions de l'université au même titre que la formation et la recherche. La mission d'insertion professionnelle avait déjà été déterminée par la loi de 1984. Avaient suivi la création des SCUIO (service commun universitaire d'insertion et d'orientation) en 1986 et des observatoires de l'insertion professionnelle à la fin des années 1980.
La loi LRU institue la présence dans chaque université, d'un BAIP dorénavant chargé de diffuser les offres de stages et d'emploi liées aux formations proposées par l'établissement et d'accompagner les étudiants dans la recherche d'un premier emploi. Chaque année, le bureau devra présenter un rapport de son activité devant le CEVU. Le ministère a promis de consacrer 55 millions d'euros sur cinq ans à ces missions. En 2008, 4,6 millions d'euros avaient été alloués, le double est prévu pour 2009.


Séverine Tavennec | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires