Newsletter

IUT de Saint-Denis : la suspension de Samuel Mayol confirmée par la justice

Marine Miller
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'IUT de Saint-Denis.
Le directeur de l'IUT de Saint-Denis, Samuel Mayol, avait été suspendu de ses fonctions le 12 novembre dernier. // ©  Marine Miller

Le tribunal administratif de Montreuil a rejeté la requête de Samuel Mayol contre sa suspension à la tête de l'IUT de Saint-Denis. Un administrateur provisoire doit être proposé mardi  8 décembre 2015 pour le remplacer le temps de sa suspension. 

Samuel Mayol ne reviendra pas tout de suite à l'IUT de Saint-Denis. Sa suspension est confirmée jusqu'au 12 mars 2016, mais il conservera son salaire. C'est ce qu'a décidé le tribunal administratif de Montreuil le 2 décembre 2015. Le juge a estimé qu'il n'y avait pas d'urgence à ce que le directeur retrouve son poste immédiatement. Désormais, le tribunal doit se prononcer sur le "fond" de l'affaire dans les mois qui viennent.

Le 12 novembre 2015,  Jean-Loup Salzmann, président de l'université Paris 13 dont dépend l'IUT, a décidé de suspendre Samuel Mayol de ses fonctions d'enseignant-chercheur et de directeur de l'IUT pour une durée de quatre mois et de le déférer devant la section disciplinaire.

Deux types d'accusation sont portés par la présidence de Paris 13 contre Samuel Mayol : des actes de mauvaise gestion – non-respect de procédures pour la validation de certains congés de personnels BIATSS ainsi que pour une convention signée avec un CFA (Centre de formation d'apprentis) – et "l'affaire des tapis de prière" découverts dans un local associatif. Le directeur est soupçonné par le président de Paris 13 d'avoir déposé dans le local d'une association étudiante ces objets cultuels, pour faire croire à une dérive communautariste.

Un administrateur provisoire bientôt nommé

Un conseil extraordinaire de l'Institut doit se réunir mardi 8 décembre 2015 pour proposer la désignation d'un administrateur provisoire.

Une autre décision est attendue dans les jours à venir : le verdict de la commission disciplinaire qui a jugé Rachid Zouhhad, l'ancien directeur du département Techniques et commercialisation, en conflit avec Samuel Mayol et mis en cause par le rapport de l'IGAENR sur les dysfonctionnements de l'IUT...

Deux ans de difficultés à l'IUT 
Depuis deux ans, l'IUT de Saint-Denis est sous le feu des projecteurs. En mars dernier, un rapport de l'IGAENR avait pointé de "nombreux dysfonctionnements" dans la gestion du département TC de l'IUT. Plusieurs enseignants mis en cause par le rapport doivent être traduits devant la commission disciplinaire. Le ministère de l'Enseignement supérieur a par ailleurs missionné à nouveau l'IGAENR pour enquête dans l'établissement sur la mise en place des préconisations du premier rapport.

Marine Miller | Publié le

Vos commentaires (2)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
axcel.

Je ne comprends pas le lien entre le titre relatif à la confirmation de la suspension de Mayol avec la conclusion de l' article sur une autre affaire. Est ce une volonté d atténuer les accusations dont fait l objet S.Mayol? Le conseil de l iut va se prononcer ce soir conformément à l article 8.1 de ses statuts à savoir constater la vacance provisoire du poste de directeur et demander au pdt de l université de nommer un administrateur provisoire en et non d'nommer un administrateur directement. Il faudra encore patienter. Votre Article est encore un peu trop approximatif.

Charentais.

Je suis d'accord avec Axcel qui semble bien informé (de l'intérieur) . En réalité, la presse a du mal à rétropédaler, c'est-à-dire de reconnaître le lynchage auquel elle a participé allègrement depuis deux ans contre l'ex-Chef de Département accusé de tous les maux,par le Directeur suspendu, ses lieutenants ou ses relais...Il est toujours difficile de reconnaître ses erreurs, y compris déontologiques, ce qui rapproche d'ailleurs media et Directeur suspendu: de quoi intéresser encore la Justice, et pas seulement administrative?

EducPros.

Bonjour, dans la même semaine se tenait la commission disciplinaire qui jugeait Rachid Zouhhad et la décision de justice qui se prononçait sur la suspension de Samuel Mayol. Il nous semblait donc important de rappeler ces éléments de contexte dans l’article, comme nous le faisons à chaque fois d’ailleurs. Bonne journée.

Charentais.

Il semble quand même moins facile d'influencer la justice que d'abuser d'une position managériale. Le véritable, équitable et durable apaisement semble enfin en marche pour IUT Stdenis.