Jean Chambaz, futur président de l'UPMC : "Avec Sorbonne universités, nous sommes engagés dans la construction d'une université unique en quatre ans"

Propos recueillis par Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Jean Chambaz
Jean Chambaz
Jean Chambaz, avec sa liste "Réunis", a obtenu une large majorité des suffrages lors des élections des conseils centraux de l'université, le 19 janvier 2012. Le probable futur président de l'UPMC (université Pierre et Marie Curie) réagit à ce résultat, en plein coeur de la compétition de l'IDEX 2,  pour laquelle son projet avec Sorbonne universités est en lice. L'élection, elle, aura lieu le 12 mars 2012.

Au vu des résultats des élections des conseils, vous êtes le futur président de l’UPMC. Quelle est votre réaction ?

C’est tout d’abord une forte satisfaction car le taux de participation est très élevé, en augmentation par rapport aux dernières élections [1655 votants supplémentaires]. Cette mobilisation a profité à la liste que je conduisais. C’est un succès pour notre projet.

Messieurs Le Merle, Béréziat , Pomerol , Renard … Chacun de ces présidents était vice-président de son prédecesseur. Un constat qui donne l'impression que l’UPMC est gouvernée depuis quinze ans par les membres d'une même équipe. Cela continue avec vous, qui étiez vice-président sous le mandat "Pomerol", et l'êtes également aujourd'hui sous la présidence de Maurice Renard…

Il existe en effet une continuité dans la gouvernance de l’université. Je me situe dans cette lignée.

Etant donné la taille de l’établissement, qui compte 10.000 enseignants-chercheurs, chercheurs, et personnels administratifs, 30.000 étudiants, avec un budget de 450 millions d’euros, et qui est l’une des premières universités françaises, les fonctions de responsabilité ne s’improvisent pas.

Mais il faut noter également que nous sommes une équipe profondément renouvelée. Sur les 53 candidats de ma liste, seuls 5 sont des élus sortants. La moyenne d’âge est de 44 ans. A 58 ans, je suis le doyen ! Il y a aussi une parité entre hommes et femmes [17 femmes élues, 17 hommes élus ; au CA : 6 hommes, 6 femmes].

Ces résultats en votre faveur étaient-ils courus d’avance ?

Pas du tout. Surtout dans ce contexte difficile de bouleversement de l’organisation de l’enseignement supérieur et de la recherche en France, et de budgets serrés . C’est véritablement le succès d’une campagne.

Quelle était l’enjeu de la campagne ?

La construction de l’université unique, avec nos partenaires de Sorbonne universités , les universités Paris 2 et Paris 4, l’UTC (Université de technologie de Compiègne), l’Insead et le Muséum national d'histoire naturelle, en utilisant l’IDEX comme outil pour y arriver.

Vous êtes confiants pour l’IDEX 2 [Initiative d'excellence] ?

Nous avons beaucoup travaillé pour améliorer notre projet sur les points soulevés par le jury : la gouvernance et l’échéancier. Nous sommes allés au bout de notre démarche.

Nous sommes désormais clairement engagés sur la construction de l'université unique en quatre ans. Avoir l’adhésion de la communauté universitaire pour ce projet, comme le prouve cette élection, est un formidable appui.

Votre priorité pour ce mandat est cette future université unique…

Effectivement. Avec un objectif : être plus performant dans la recherche et la formation. Cette université de tous les savoirs comprend un engagement très fort sur la transformation de la licence. Pour le reste, nous laissons la primeur du détail du projet au jury de l’IDEX.

Aller plus loin

- La biographie de Jean Chambaz
- L'interview de Maurice Renard, président de l'UPMC : "Président d'université par intérim, c'est un peu frustrant"
- La biographie de Jean-Charles Pomerol , ancien président de l'UPMC

Le site de Sorbonne universités

Suivez toute l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche sur le compte Twitter d'Educpros et la page Facebook d'Educpros .


Propos recueillis par Camille Stromboni | Publié le