Newsletter

Jean-Claude Casanova (président de la FNSP) : "Le rapport de la Cour des comptes n'aura aucun effet direct sur le recrutement du futur administrateur de Sciences po"

Propos recueillis par Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Au coeur de la procédure de succession de Richard Descoings à la direction de Sciences po Paris, Jean-Claude Casanova, président de la FNSP (Fondation nationale des sciences politiques), réagit aux critiques, notamment sur l'opacité du processus. Avec en toile de fond la remise du rapport provisoire de la Cour de comptes, qui pointerait d'importantes dérives dans la gestion de l'équipe dirigeante.

Vous venez de recevoir le rapport de la Cour des comptes sur Sciences po. Quels sont les principaux enseignements que vous tirez des ces observations provisoires ?

Il est arrivé aujourd'hui, mardi 17 juillet 2012, je ne l'ai pas encore lu dans son intégralité. Quoi qu'il en soit, ce rapport sera très utile dans la période de transition actuelle. Ce sera un guide pour le futur administrateur [et directeur] de Sciences po. Quant aux poursuites judiciaires évoquées par certains , c'est totalement exagéré.

D'après plusieurs fuites , d'importantes dérives de gestion y seraient constatées. Est-ce que le conseil d'administration devra être plus regardant à l'avenir ?

Les deux conseils [de direction et d'administration] sont responsables de la gestion de l'IEP. Ils prendront les mesures nécessaires. Les recommandations de la Cour qui nous paraissent justifiées seront appliquées au plus vite.

C'est un processus d'audit tout à fait normal pour un grand organisme public comme Sciences po. Précisons qu'il s'agit d'un document provisoire. La procédure de la Cour est contradictoire, nous avons deux mois pour apporter notre réponse.

Ce rapport, qui porte sur la gestion de l'IEP de 2005 à 2010, aura-t-il un impact sur la candidature d'Hervé Crès, membre de l'équipe dirigeante précédente ?

Le rapport est un examen des problèmes généraux de notre école, organisme public qui a vécu des modifications très profondes ces dernières années et doit désormais faire le point. Il n'aura aucun effet direct sur le recrutement du futur administrateur de Sciences po.

L'opacité de la procédure de recrutement du successeur de Richard Descoings a été décriée en interne , et par certains candidats. Pourquoi ne pas assurer plus de transparence ?

La procédure n'a jamais été aussi publique ! C'est la première fois que Sciences po organise un appel à candidatures ouvert à tous pour désigner son directeur.

Nous avons nommé des comités issus des deux conseils de l'IEP pour étudier les 24 dossiers. J'ai expliqué la composition du comité issu du conseil d'administration devant ce dernier, qui n'a exprimé aucun désaccord.

Nous avons annoncé les critères de sélection dès le départ : connaître Sciences po, les universités françaises et étrangères, parler et écrire l'anglais, et avoir une capacité de gestion financière  et administrative. Tous sont d'ailleurs nécessaires, l'exercice de responsabilités dans l'enseignement supérieur étant incontournable.

Désormais les comités travaillent. Où est l'opacité ? Notre procédure est totalement transparente. Affirmer que la procédure est opaque, c'est estimer qu'un autre processus était possible. Lequel ? Si opacité signifie que nous sommes encore en train de réfléchir et qu'aucune décision n'est prise pour l'instant, c'est effectivement le cas.

Nous n'avons pas voulu non plus mettre en place une procédure dont chaque étape serait détaillée afin de ne pas se lier les mains trop vite, et de conserver le maximum de liberté pour prendre la meilleure décision.

Une short-list, sortie dans la presse , donne quatre candidats préselectionnés : Hervé Crès, Gilles Andréani, Jean-Michel Blanquer et Dominique Reynié. Vous avez affirmé qu'elle n'était pas définitive . Que vaut cette liste ?

Cette short-list n'a aucune existence juridique. C'est une étape à laquelle sont arrivés les deux comités, qui travaillent pourtant séparément. Ce n'est qu'une étape, car cette liste peut être augmentée ou réduite, le travail des comités se poursuit.

Ces quatre candidats sont tout de même les seuls à avoir été auditionnés jeudi 12 juillet 2012 ... Les autres candidats le seront-ils également ?

C'est le comité du conseil de direction qui a effectué ces auditions. Les membres du comité du conseil d'administration reçoivent de nombreux candidats. Ils sont à leur disposition. J'ai personnellement reçu déjà une quinzaine de candidats et suis disponible pour rencontrer tout postulant qui le souhaite.

Les deux conseils auront-ils, in fine, le choix entre un nom à valider ou plusieurs proposés par les comités ?
 
Je ne peux vous le dire pour l'instant. Cela dépendra des travaux des comités. En septembre, ils feront part de leur(s) proposition(s) aux conseils, qui prendront la décision finale. Ils pourront accepter ou refuser la ou les propositions.


Lire aussi

Cour des comptes : Sciences Po va devoir serrer les boulons (Le Nouvel Obs)
La Cour des comptes fustige la gestion de Sciences Po ((Le Monde)
Sciences Po: les quatre « short listés » ont passé leur grand « O » (Le Monde)


Propos recueillis par Camille Stromboni | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires