L'accréditation des bachelors : un enjeu majeur pour la CTI

Clément Rocher
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'accréditation des bachelors : un enjeu majeur pour la CTI
L'accréditation des formations bachelors est dans l'agenda de la commission des titres d'ingénieurs.
La Commission des titres d'ingénieurs a organisé un point presse ce mardi 14 janvier pour échanger sur ses perspectives d'avenir et ses missions futures pour l'année 2020. A l’ordre du jour : l'accréditation de la formation bachelor des écoles d'ingénieurs et le changement de statut de la CTI.

Ouvrir le grade licence pour les bachelors des écoles d’ingénieurs bientôt une réalité ? C’est la réflexion que mène depuis plusieurs mois la Commission des titres d’ingénieurs. Car en effet, actuellement, les formations bachelors proposées par des écoles d’ingénieurs ne confèrent pas le grade licence, à l’exception du bachelor de l’Ecole Polytechnique.

Les formations bachelors bientôt grade licence

"Il est clair que c'est un enjeu pour les établissements. Nous sommes bien placés pour contribuer à cette évaluation et nous avons commencé à travailler sur ce sujet avec la création d'un référentiel qui sera soumis aux différentes parties prenantes", annonce Élisabeth Crépon, présidente de la CTI et directrice de l’ENSTA Paris.

Lire aussi : Les Bachelors pourront prétendre au grade de licence

"Nous sommes dans une phase de définition", confirme Jean-Louis Allard, membre de la CTI et directeur de l’école d’ingénieurs du CESI. La commission a d’ailleurs bien saisi les enjeux : les établissements sont particulièrement demandeurs de la mise en place du programme bachelor grade licence qui est synonyme d'ouverture sociale et d'insertion professionnelle pour les étudiants.

La Commission des titres se montre par ailleurs favorable à la diversification des formations proposées par les écoles d'ingénieurs. "Nous pouvons très bien imaginer un parcours bachelor en apprentissage. Nous voyons fleurir des projets de bachelor, cela va encourager les écoles dans cette voie. Un cercle vertueux va se mettre en place", poursuit Élisabeth Crépon.

Vers une évolution de la structure juridique de la CTI

La compétence et la qualité du travail de la Commission des titres d'ingénieurs est reconnue au niveau national et international mais l'organisme souhaite conforter sa structure juridique afin de contribuer à la performance du système d'évaluation et d'accréditation.

"On étudie un certain nombre de statuts possibles. Celui de l'association permettrait de soutenir les activités de la CTI. Nous sommes en discussion avec le ministère", déclare Élisabeth Crépon qui souhaite maintenir de manière pérenne à la fois l'autonomie et l'indépendance de l'agence d'accréditation.

La CTI cherche également à valoriser son action à l'étranger. "Actuellement nous candidatons pour la création d'une agence d'évaluation en Tunisie", annonce la présidente de la CTI qui souhaite ainsi contribuer à la promotion du modèle français de la formation ingénieur.

La Commission a également exprimé sa volonté de renforcer sa collaboration avec le Hcéres (Haut conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur) afin que son expertise bénéficie à l'évaluation d'autres formations professionnalisantes. Les discussions vont se poursuivre tout au long de l'année.


Clément Rocher | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires