Newsletter

L'EM Lyon et Centrale Lyon scellent une alliance stratégique


Publié le
Envoyer cet article à un ami
Campus EM Lyon ©Schuller
Campus EM Lyon ©Schuller
L’EM Lyon et Centrale Lyon ont lancé, le 15 septembre 2009, un vaste projet de rapprochement, baptisé symboliquement « Yin Yang ». Une nouvelle alliance entre une business school et une école d'ingénieurs, emblématique des stratégies de recomposition en cours dans l'enseignement supérieur. Objectif : gagner en puissance mais aussi mutualiser les moyens, avec à la clé un campus unique.

L'EM Lyon et Centrale Lyon n’ont pas eu de difficultés à se trouver : voisines depuis 30 ans dans la commune d’Ecully aux abords de la métropole lyonnaise, elles ne sont séparées géographiquement que par une simple route – dangereuse qui plus est – surnommée la « fracture de Collongue ». Leur projet mettra fin à cette coupure en créant un campus unique.

L’école de commerce et l’école d’ingénieurs prévoient de s’unir, sans pour autant se diluer l’une dans l’autre. « Chacune des grandes écoles garde sa marque », précise Pierre Soudan , directeur du projet de rapprochement stratégique. Ce dernier dispose d’ailleurs d’un bureau dans les deux établissements.

Un campus unique vert

Volet majeur de cette alliance, le campus commun - vert de surcroit – devrait nécessiter près de 150 millions d’euros au cours des 10 années à venir. Le PRES (pôle de recherche et d'enseignement supérieur) Université de Lyon, auquel appartiennent les deux établissements, pourrait prendre en charge une partie des études nécessaires à la réalisation du projet. « Il s’agit de faire vivre de façon plus harmonieuse des étudiants dans un espace agréable d’environ 30 hectares », note le responsable du rapprochement.

Outre la restructuration de l’espace, avec le détournement de la fameuse avenue Collongue qui sépare les deux écoles, de nouvelles infrastructures sont prévues. Construction de locaux pédagogiques, de logements étudiants, rénovation des résidences existantes, etc.

Une double compétence pour les managers et les ingénieurs

Les deux écoles ont en effet fixé la barre assez haut : « constituer un des principaux pôles sciences & business au niveau européen puis mondial ». Un affichage attractif pour les étudiants mais aussi pour leurs futurs recruteurs.

« Nous allons augmenter les formations croisées. Les étudiants de l’EM pourront suivre des modules chez les ingénieurs et inversement. Cela correspond vraiment à un besoin », explique Pierre Soudan. Les professeurs des deux établissements donneront des cours dans chaque programme et des groupes mixtes d’étudiants seront créés, notamment pour le projet de création d’entreprise.

Et aussi un diplôme commun ? Pas tout de suite mais plusieurs groupes de réflexion travaillent déjà sur le sujet. Une formation commune devrait quant à elle voir le jour d’ici deux ans : « l'IDE school » : école d’innovation, de design et d’entreprenariat, qui délivrera des diplômés bac+5 de manager/innovateur et d’ingénieur/entrepreneur.

Une réduction des coûts

Outre les créations de structures nouvelles, cette alliance stratégique vise également à « réduire significativement les coûts d’exploitation », en mutualisant certaines activités. Probablement au sein d’un GIE (groupement d’intérêt économique). Bibliothèque, sécurité, informatique, entretien, résidence, restauration, services aux étudiants, etc… Même les échanges internationaux ou les campus à l’étranger pourront être partagés.

Des groupes de travail thématiques travaillent actuellement sur ces questions. « Nous avons besoin de l’énergie de tout le monde car nos deux établissements sont en pleine expansion », assure Pierre Soudan.

Les autres projets de l'alliance « Yin Yang »

- Le regroupement des activités de formation continue, avec une filiale commune abritée dans un « village apprenant » sur le campus.

- La construction d’une « fabrique à projets », qui servira « à la fois d’incubateur, d’agora et de creuset de projets innovants ».

Voir la maquette du projet "Yin Yang"

Les deux ENS prévoient de fusionner

La métropole lyonnaise constitue un terroir fertile aux regroupements stratégiques dans l'enseignement supérieur. Un rapprochement entre les deux ENS (Ecole normale supérieure) lyonnaises, aboutissant à la création d'un établissement unique, devrait voir le jour d'ici janvier 2010.


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires