Newsletter

L’ESAG-Penninghen rachetée par Studialis

Sophie de Tarlé
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Des étudiants de l'ESAG-Penninghen
Des étudiants de l'ESAG-Penninghen // ©  Penninghen

L’ESAG-Penninghen a été rachetée par Studialis début mai 2015. L’école de graphisme et d’architecture intérieure située à Saint-Germain-des-Prés à Paris vient renforcer un groupe qui détient déjà une dizaine d'écoles d’art. 

L'École supérieure d'arts graphiques Penninghen, située rue du Dragon à Paris (VIe), a été vendue environ une dizaine de millions d’euros selon nos informations au groupe Studialis. Ce groupe, détenu par le groupe d’investissement britannique Bregal Capital et dirigé par Laurent Tran Van Lieu, étoffe son portefeuille d’écoles d’art (Cours Florent, Atelier Chardon-Savard, Strate…) constitué en quelques années seulement. C'est Marc-François Mignot-Mahon, directeur général, qui a actuellement la charge des écoles d'art. Studialis est également propriétaire d’écoles de commerce dont l’ESG. 

L'équipe de direction sera renouvelée d'ici à trois ans

Les trois actionnaires de l’ESAG-Penninghen, Jacques d’Andon (92 ans), Christian Pailliez (86 ans) et l’actuel directeur général, Alain Roulot (69 ans), ont souhaité par cette vente assurer la pérennité de l’école, et notamment développer son recrutement à l’international.

Avec 600 étudiants et une centaine d'enseignants et d'intervenants, cette école privée créée en 1968 est aujourd'hui, selon le palmarès 2015 de l’Etudiant, la cinquème école d’architecture intérieure préférée des professionnels et la deuxième école de graphisme. Suite à ce rachat, cette équipe de direction, ainsi que Gérard Vallin, l’actuel directeur adjoint, devrait être remplacée d'ici à trois ans.


Sophie de Tarlé | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
MICHEL (HUET).

Merci à l' ESAG PENNINGHEN et à tous mes enseignants pour la formation en architecture intérieure qui m' a permis de travailler dans ce domaine une douzaine d' année. En souhaitant aux étudiants un enseignement pointu et dans l' esprit des années 70/80 de l' ESAG. Hélène MICHEL.