L’ESTIA affiche son ambition de s’imposer parmi les leaders de la technologie de l’industrie du futur

Clément Rocher
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Au cœur d'une technopole, l'ESTIA bénéficie d’un écosystème favorable à la création d’entreprises
Au cœur d'une technopole, l'ESTIA bénéficie d’un écosystème favorable à la création d’entreprises // ©  Clément Rocher
Dotée d’un fort environnement industriel, l’ESTIA souhaite maintenir son rôle moteur dans les mutations technologiques durables. L’école ambitionne d’étendre son rayonnement en France et à l’international en étoffant son offre de formations dans le domaine du numérique.

L'ESTIA, école d'ingénieurs généraliste de Bayonne-Pays Basque, a une ambition forte : s'imposer parmi les leaders des technologies de l'industrie du futur. D'autant que cette école, filiale de la CCI (Chambre de commerce et de l’industrie) de Bayonne-Pays Basque, se caractérise par un ancrage territorial très fort. Elle souhaite contribuer de manière significative au développement économique de son territoire, en région Nouvelle-Aquitaine.

"L’école forge sa spécificité à travers des éléments forts, une formation pluridisciplinaire, une volonté de diffuser les technologies mais aussi un esprit d’innovation et de coopération avec les entreprises. Nous voulons participer à l’effort de compétitivité des entreprises et accompagner les transitions numériques et écologiques", affirme ainsi Patxi Elissalde, directeur de l'ESTIA.

IMT Lille Douai réaffirme son ambition internationale en devenant IMT Nord Europe

Un écosystème favorable à la création d'entreprises

Son emplacement géographique permet à l’école de bénéficier des moyens de ses ambitions. Le campus de l’ESTIA se situe en plein centre d’une technopole composée d’une centaine de firmes dans le domaine du numérique, de l’aéronautique ou autres bureaux d’études. "Nous bénéficions d’un écosystème favorable à la création d’entreprises. Beaucoup sont nées grâce à l’appui des enseignants et étudiants de l’ESTIA."

Le dispositif ESTIA Entreprendre, initié en partenariat avec la technopole Pays basque, accompagne les porteurs de projets dans la création d’entreprises en lien avec l’écosystème de l’établissement. Le dispositif a hébergé 62 entreprises depuis le début de l’année 2021.

L’école d’ingénieurs sensibilise aussi les étudiants à l’entrepreneuriat en leur proposant un module d’expertise qui leur permet ensuite d’individualiser leur parcours. Parmi ses nouvelles ambitions, l’ESTIA souhaite encourager davantage les entrepreneurs à répondre aux enjeux de la transition socio-écologique.

L'ESILV, l'école d'ingénieurs à la conquête de nouveaux territoires

L'ESTIA étoffe son offre de formation

En plus de cette volonté entrepreneuriale, l’ESTIA répond aussi au besoin de main d’œuvre du territoire avec des formations de bachelor pour accompagner des jeunes au niveau bac+3. En partenariat avec l‘Ecole supérieure de design des Landes (ESDL), l’école d’ingénieurs a ouvert un nouveau cursus "designer concepteur industriel". Son objectif est de permettre aux étudiants de s’ouvrir aux métiers du design. La première promotion est composée de 35 élèves.

L’école d’ingénieurs va également accueillir à la rentrée de septembre 2022 un parcours préparatoire intégré. Il sera accessible via la banque de concours Puissance Alpha au sein duquel l’école fait son entrée. "Le paysage évolue avec un nombre de places offertes au concours en augmentation. Il faut se préparer à une compétitivité de plus en plus forte", soutient Patxi Elissalde.

Une nouvelle phase de développement à l’international

Et l'école basque souhaite aussi étendre son influence à l'international grâce à un réseau de partenaires académiques d’excellence en France et à l’international, notamment sur le continent africain. Mais aussi grâce à de nouvelles alliances initiées ces dernières années. L’ESTIA est ainsi devenue un établissement-composante de l’université de Bordeaux en 2016. L’école d’ingénieurs est également membre partenaire du groupe ISAE, spécialiste de l’aéronautique et spatiale, depuis deux ans.

L’ESTIA bénéficie ainsi d’une offre de parcours double diplômant plutôt riche (17 parcours au total) ainsi que 35 accords de mobilité à l’international, dont un avec l’université de Cranfield qui dure depuis près de 30 ans. Ainsi, 95% des étudiants obtiennent un deuxième diplôme à l’international.

L’école d’ingénieurs a aussi signé un accord de double diplôme avec l’ESITH situé à Casablanca, au Maroc. Cinq étudiants marocains issus de la filière mécatronique pourront postuler pour un double diplôme à l’ESTIA dès la rentrée 2022. L’établissement partage également la volonté de déployer son programme bachelor en Tunisie l’année prochaine.


Clément Rocher | Publié le