L'impact du Grand emprunt relativisé par la Conférence des grandes écoles, le billet d'Henri Audier


Publié le
Envoyer cet article à un ami

Le cirque extraordinaire fait par le Président de la République lors de sa conférence de presse sur le Grand emprunt est fortement relativisé par le calcul simple fait par Pierre Tapie, Président de la conférence des grandes écoles, estime Henri Audier sur son blog EducPros.

Et de citer le président de la CGE (Conférence des grandes écoles), Pierre Tapie, devant la Mission d’évaluation et de contrôle (MEC) de l’Assemblée nationale : "22 milliards d’euros du grand emprunt pour le supérieur et la recherche, ce n’est jamais que 600 millions d’euros par an, soit 4 % des crédits de la MIRES (1). On est loin du point de PIB manquant [pour la seule recherche], qui correspondrait plutôt à 20 milliards d’euros par an !"

Pierre Tapie affirme aussi : "Plus concrètement, le résultat du grand emprunt est un jeu social à somme négative, qui a produit un nombre considérable de déçus dans le but de construire un dispositif de concentration des moyens."

strong>Lire l'intégralité du billet d'Henri Audier "La conférence des grandes écoles : 'Le grand emprunt, ce n’est jamais que 600 millions d’euros par an pour le supérieur et la recherche'."


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires