L'université de technologie de Compiègne espère lever 20 millions d'euros avec sa fondation

Camille Stromboni et Maëlle FLOT
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Après les universités d'Auvergne, de Strasbourg, d'Aix-Marseille 2 notamment, suite de notre série sur les fondations universitaires et partenariales, avec l'université de Technologie de Compiègne (UTC).

Les annonces de création de fondations universitaires se suivent depuis quelques mois mais ne se ressemblent pas toujours. La « Fondation UTC pour l’innovation », lancée fin septembre 2008 par l’université de technologie de Compiègne (UTC), affiche dès sa naissance un budget de 5 millions d’euros. Celle de l’université d’Auvergne, premier établissement à avoir choisi ce nouveau statut défini par la loi LRU, avait été inaugurée avec 1,3 million d’euros (1).

Dans les deux cas, de généreux donateurs extérieurs ont mis la main à la poche. Pour l’UTC, l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (INERIS), le Crédit agricole ou encore le conseil régional de Picardie.

La fondation, qui entend promouvoir l’innovation, devrait permettre de « renforcer l’université en termes de recherche interdisciplinaire », selon Ronan Stephan, président de l’UTC. Les fonds réunis serviront ainsi à faire « maturer » les projets de laboratoires. « Ce qui nous manque souvent, lorsqu’on obtient de bons résultats suite à une étude, c’est la possibilité d’atteindre le stade de la maquette », regrette Ronan Stephan. Cette fondation permettra également de financer de nouvelles chaires ou encore des bourses dédiées à l’accueil et au séjour des enseignants-chercheurs et étudiants étrangers, mais aussi aux étudiants français partant à l’étranger.

L’allocation des fonds entre les différentes entités de l’UTC s’effectuera principalement par le biais de projets, précise le président de l’UTC. Outre la défiscalisation, les entreprises et organismes qui investiront dans cette structure auront l’avantage de bénéficier d’un « poste d’observation privilégié ». Une campagne de communication menée cette semaine par l’université aura pour slogan « Donnons un sens à l’innovation ». L’objectif étant d’atteindre 20 millions d’euros sur quatre ans...

(1) À titre comparatif, 60 millions d’euros pour la fondation – de coopération scientifique – de l’École d’économie de Toulouse créée en juin dernier. À Strasbourg, la fondation de la future université unique affiche 400 000 € à sa création en septembre.


Camille Stromboni et Maëlle FLOT | Publié le