Newsletter

L'Université Grenoble-Alpes mise sur l'alliance de l'ingénierie et du management

Clément Rocher
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'Université Grenoble-Alpes mise sur l'alliance de l'ingénierie et du management
L'établissement se nomme désormais Grenoble INP Institut d'ingénierie et de management de l'Université Grenoble-Alpes // ©  Fournie par le témoin
Grenoble IAE et Polytech Grenoble ont rejoint Grenoble INP le 1er janvier 2020. Ce regroupement a permis l'émergence d'un nouveau modèle d'établissement d'enseignement supérieur : l'Institut d’Ingénierie et de Management de l’Université Grenoble-Alpes.

L'Université Grenoble-Alpes poursuit sa politique de structuration. Grenoble IAE et Polytech Grenoble ont rejoint Grenoble INP pour former l'institut d'ingénierie et de management. "L'essentiel des formations de l'enseignement supérieur se sont regroupées au 1er janvier 2020 dans un seul établissement : l'Université Grenoble-Alpes", explique Pierre Benech, administrateur général de Grenoble INP.

Par ailleurs, dans le cadre de ce projet, l'ensemble des formations d'ingénieurs, dont Polytech Grenoble, ont été rassemblées au sein de Grenoble INP, pour une plus grande cohérence. Grenoble IAE (Institut d'administration des entreprises), de son côté, a souhaité s'engager dans la même dynamique.

Lire aussi : Classements, attractivité… Pourquoi les universités et les écoles se regroupent

Devenir un acteur d'innovation

"Nous nous sommes interrogés sur le positionnement de Grenoble IAE. Nous avons déjà de nombreuses formations en commun avec l'école et nous voulions tirer une réelle synergie de la présence de Grenoble IAE au sein de Grenoble INP", indique Christian Defélix, directeur de l'école de management publique.

Il estime ce rapprochement logique : "avoir un Grenoble INP 'augmenté' avec une proximité renforcée entre l'ingénierie et le management a du sens au sein d'une université qui a pour projet de devenir une université de rang mondial et un acteur d'innovation auprès des entreprises".

Cette approche permettra la création de nouveaux croisements pédagogiques ou de projets tutorés mais aussi apporter de la valeur ajoutée dans le monde du travail. "Les ingénieurs et les managers partagent la vocation à travailler ensemble dans les entreprises."

Créer des conditions favorables à l'entrepreneuriat

L'Institut d’ingénierie et de management souhaite notamment mettre en place toutes les conditions favorables à l’entrepreneuriat. "Nous avons beaucoup à gagner en suscitant des rapprochements entre les élèves qui ont le projet d'entreprendre", précise Christian Defélix.

Lire aussi : E. Lamarque : "Je fais le constat d'une défiance envers les IAE"

"Dans le cadre de cette structuration, nous avons décidé de mettre en commun toute la dynamique de création de projets et d'accompagnement des étudiants, poursuit Pierre Benech. Nous avons pour ambition de passer de plusieurs dizaines de projets par an à une centaine."

La création de ce nouvel institut pourrait également constituer un élément moteur en faveur du développement de la recherche. "Nous avons tout intérêt à connecter les talents de nos chercheurs."

Renforcer l'exposition à l'international

Cette période de confinement est-elle perçue comme un frein à la croissance de Grenoble INP ? "C'est une entrave que l'on est bien obligé de constater sur le court terme mais notre attractivité se bâtit sur le long terme et ne sera pas remise en cause, considère Pierre Benech. Nous continuons de construire avec nos partenaires." L'établissement souhaite développer ses relations avec le continent africain et travaille notamment sur un projet de classes préparatoires en Côte d'Ivoire, au Nigeria et au Sénégal.

La création de l'Institut d’ingénierie et de management pourrait également encourager la signature de nouveaux partenariats avec des établissements universitaires à l'international, notamment depuis l'entrée de Grenoble INP dans le classement de Shanghai. "Nous avons des opportunités de visibilité et de développement de formations nouvelles à l'étranger", estime ainsi Christian Defélix.

Ce décloisonnement entre les formations d'ingénierie et de management pourrait susciter de nouvelles initiatives selon l'administrateur général de Grenoble INP. "Nous avons l'impression d'être en avance et nous serons sûrement observés comme un exemple dans les années à venir."

Grenoble INP rassemble huit écoles publiques d'ingénieurs et de management : Ense³ – Ensimag – Esisar – Génie industriel – Pagora – Phelma – Grenoble IAE et Polytech Grenoble. L'établissement se compose également d'une formation préparatoire intégrée (la prépa des INP) et une école d'ingénieurs partenaire : SeaTech de l'université de Toulon.


Clément Rocher | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires