Newsletter

Licence : l'université Paris-Dauphine en quête du grade

Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Université Paris-Dauphine © M.-A.Nourry - février 2014
Université Paris-Dauphine © M.-A.Nourry - février 2014 // ©  Marie-Anne Nourry - 2014

Terminé le diplôme national. La licence de Paris-Dauphine va devenir un diplôme d’établissement, avec le grade de licence. Une nuance ténue, mais non sans enjeu, à l’heure où les écoles de commerce s'intéressent à cette distinction.

L’université de Paris-Dauphine a acté, à la mi-juillet 2014, la transformation de son diplôme national de licence 3 en diplôme d’établissement, a dévoilé Le Monde le 18 juillet.

Si les deux premières années de l'établissement dauphinois étaient déjà dans cette configuration [avec le DEGEAD  et le DEMI2E], ce sera ainsi l'intégralité du premier cycle qui sera, à compter de la rentrée 2015, estampillé "seulement" Dauphine.

"Après la recommandation du Cneser [Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche] à la fin mai 2014, pointant une incompatibilité entre la sélection à l’entrée de notre première année et notre diplôme national de L3, le ministère nous a proposé soit de renoncer à la sélection, soit de délivrer un diplôme d’établissement, avec le grade licence. Nous avons choisi cette dernière option", décrit Sabine Mage, vice-présidente en charge des formations et de la vie universitaire.

Droits d'inscription, intitulés de formation et financement d'État

Quelles seront les conséquences ? Côté reconnaissance ou valeur du diplôme, "cela ne changera rien pour les étudiants", estime la maître de conférences en économie.

Les droits d'inscription de cette troisième année d'études pourraient tout de même évoluer puisqu'ils seront désormais librement fixés par l'établissement, et non plus par la réglementation nationale. "Le président de Dauphine s’est engagé en faveur d'une discussion dans les conseils des départements, qui feront leurs propositions pour 2015. L’idée n’est pas du tout qu’il y ait une envolée, Dauphine y sera vigilante", promet Sabine Mage. Les frais des deux premières années s'élèvent aujourd'hui à 520€, contre 183€ pour le diplôme national de licence.

Dauphine retrouvera également sa liberté quant aux intitulés de ses formations, tout récemment entrés dans les clous de la nouvelle nomenclature.

Côté financement de l'État , cela pourrait en revanche signifier un moindre soutien, ou en tout cas une moindre progression du budget attribué à Dauphine, les diplômes d'établissement n'ayant pas vocation à être subventionnés par l'État, glisse le ministère.

Quid du grade ?

Enfin, Dauphine fera une fois encore figure d'exception, puisqu'elle possédera l'un des rares diplômes d'établissement ayant le grade licence. Contrairement au master, où l'attribution du grade est courant, la licence demeure en effet très largement attachée au diplôme national de licence - hormis certains diplômes d'État du domaine paramédical [infirmier, sage-femme].

Une reconnaissance qui intéresse de plus en plus d'établissements : les écoles de commerce y songent pour leur bachelor : la CEFDG (Commission "Chanut") a été missionnée par le ministère pour étudier la délivrance du grade de licence. Ou encore Sciences po Paris. Les écoles d'ingénieurs explorent également cette éventualité.


Camille Stromboni | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
GPoisson.

Dans les domaines de la santé, le grade de licence est accordé au premier diplôme des filières de formation médicales (dentistes, médecins, sages-femmes) et de pharmacie, ainsi qu'aux titulaires du diplôme d'État d'infirmier et du diplôme d'État d'ergothérapeute. La revendication actuellement portée par les sages-femmes est la reconnaissance du diplôme d'État au grade de master et non de licence, correspondant à leur cycle d'études de cinq ans.