Newsletter

Dauphine lance une alliance internationale avec Singapore management university

Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Université Paris Dauphine © B. Dimet
Université Paris Dauphine © B. Dimet

Nom de code initial : "Sky Team". Le projet de l'université Paris Dauphine d'établir une alliance avec des universités similaires des cinq continents a pris forme fin 2013. Le grand établissement s'est rapproché de la Singapore management university.

L'université Paris Dauphine a signé une convention avec la SMU (Singapore management university) en décembre 2013. Objectif : créer un partenariat renforcé avec la jeune université asiatique. Un premier pas vers une alliance qui vise à réunir les universités de même type à l'international.

"Comme les compagnie aériennes, qui ne peuvent couvrir le monde entier, nous nous réunissons pour travailler ensemble", décrit Arnoud de Meyer, à la tête de la SMU. "Nous avons la même culture, avec de l'enseignement et de la recherche. Nous ne sommes pas de écoles de commerce, ni des universités généralistes, mais des universités spécialisées sur l'économie, la gestion ou encore le droit. Et nous avons la même taille", résume le président de Dauphine, Laurent Batsch.

Formation continue, échanges de bonnes pratiques, international

Sur le contenu, la volonté est de dépasser les simples échanges d'étudiants, qui existent déjà. "C'est très innovant : cette convention couvre l'enseignement mais aussi la recherche, sans oublier le volet administratif et managérial, ainsi que l'international", se réjouit le président de la SMU.

Concernant la formation, l'ambition porte pour l'instant sur la mise en place de programmes communs de formation continue. "Nous avons une même approche en la matière : il s'agit d'offrir une formation générale aux cadres et futurs cadres dirigeants, grâce à un éventail de disciplines large, au-delà de la gestion", prévoit Laurent Batsch.

Autre volet : les échanges de bonnes pratiques pédagogiques, scientifiques et organisationnelles, qui ont déjà commencé. "Nos cadres administratifs se sont déjà rencontrés, c'était très enrichissant, décrit le responsable français. Nos représentants des centres de recherche doivent se rencontrer en février."

C'est enfin sur l'international que comptent se mobiliser ensemble les deux partenaires. "Cela nous permet de rationaliser les efforts", décrit Laurent Batsch. "La Singapore management university n'a pas les moyens de s'investir en Afrique, illustre Arnoud de Meyer. Mais nous pourrions le faire avec Dauphine. Des cours pourraient par exemple être réalisés par nos professeurs sur leur campus de Tunis."


Camille Stromboni | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires