Newsletter

Un centre régional d'expertise en éducation au développement durable à l'Université Paris-Seine

Delphine Dauvergne
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Avec six autres établissements, l'université de Cergy-Pontoise a mené une expérience pilote pour mesurer l'empreinte économique, sociale et environnementale de ses campus.
Le CRE de l'Université Paris Seine est le deuxième en France, après le CRE Bretagne, et le premier à être porté par une Comue. // ©  Université Cergy-Pontoise

Devenir une plateforme d'échanges d'information, interdisciplinaire et intergénérationnelle. Telle est l'ambition du deuxième centre régional d’expertise en éducation au développement durable en France, ouvert par l'Université Paris-Seine. Explications avec Carmen Branescu, responsable des relations internationales de la Comue.

Carmen Branescu est responsable des relations internationales, à la Comue Université Paris Seine.À quoi sert un centre régional d'expertise en éducation au développement durable ?

Les centres régionaux d'expertise en éducation au développement durable ont été créés par l'université des Nations unies dans le cadre de la décennie pour l'éducation au développement durable 2005-2014.

L'objectif est l'éducation au développement durable par la sensibilisation pour les enfants, la formation pour les étudiants, et la professionnalisation pour les adultes. Nous voulons impulser sur les plans local et régional des projets, puis les partager à l'échelle internationale. Le centre servira de plateforme d'échanges d'information, interdisciplinaire et intergénérationnelle.

Il existe 135 centres de ce type dans le monde. Celui de l'Université Paris-Seine est le premier porté par une Comue et le deuxième français, après le CRE Bretagne, qui a la forme juridique d'une association mais est porté par des enseignants-chercheurs de l'Université de Bretagne-Sud.

Pourquoi ce centre-ci est-il piloté par une Comue ? Quels sont les atouts d'un tel pilotage ?

L'Université Paris-Seine avait envie de donner une cohérence à la multitude d'actions menées par nos membres sur le développement durable. Nous regroupons 13 d'établissements de l'enseignement supérieur dans le Val-d'Oise et les Yvelines, mais nous entretenons aussi des liens étroits avec des acteurs économiques et territoriaux.

Le CRE Paris-Seine veut élaborer toutes ses actions avec cinq catégories de partenaires sur son territoire : les collectivités locales, l'enseignement secondaire et supérieur, le monde associatif et les entreprises.

La mission fédérative et le rôle de coordination de la Comue au niveau régional en fait une institution idéale pour un CRE. Nous avons l'ambition de jouer le rôle d'un incubateur international de projets sur l'éducation au développement durable.

L'objectif est l'éducation au développement durable par la sensibilisation pour les enfants, la formation pour les étudiants, et la professionnalisation pour les adultes.

Quels sont vos projets ?

Quatre groupes de travail ont été constitués sur l'énergie, la biodiversité, la coopération, et le "wellness". À savoir le "bien-être" à long terme. L'idée de ce dernier groupe est de rendre plus agréables les campus et les conditions de travail, avec des espaces verts, d'autres créés pour la détente, etc.

Tout est encore à l'état d'étude aujourd'hui. L'un des premiers projets lancés par le CRE Paris Seine est le passage du test d'évaluation des connaissances sur le développement durable (The Sustainability Literacy Test) par tous les étudiants des établissements de la Comue.

Comment ce CRE sera-t-il financé ?

L'Université des Nations unies ne nous donne qu'un label, mais celui-ci va nous permettre d'obtenir plus facilement des financements, grâce à notre visibilité internationale. Nous allons faire appel à nos différents partenaires (collectivités territoriales, entreprises...), mais aussi aux institutions internationales, comme l'Unesco par exemple. Les établissements de la Comue devront aussi participer, évidemment.

De même, nous n'avons pas de locaux en propre pour le moment. Il en sera peut-être question dans un second temps... Toutefois la majorité des actions d'éducation seront portées par et pour les acteurs, dans leurs propres structures, en s'appuyant sur le CRE pour les développer.


Delphine Dauvergne | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires