Newsletter

La Région Poitou-Charentes incite les jeunes à reprendre leurs études

De notre correspondante, Philippine Arnal
Publié le
Envoyer cet article à un ami

Les étudiants « décrocheurs » interrogent les institutions et suscitent en cette rentrée de nombreux dispositifs. La Région Poitou-Charentes, présidée par Ségolène Royal, a lancé à la rentrée 2009 son « plan jeunes », à destination des demandeurs d’emploi de moins de 30 ans et des étudiants qui ont cessé leurs études en cours d’année. L’idée est simple. Les inciter à reprendre des études plutôt que de rester au chômage.

Les aides proposées dans le cadre de ce « plan jeunes » diffèrent en fonction du profil du jeune. Les chômeurs indemnisés peuvent bénéficier du statut et de la rémunération de stagiaire en formation professionnelle, même si la formation choisie n’est pas en alternance. Ceux qui n’ont jamais travaillé se voient proposer une aide forfaitaire annuelle de 1 500 euros, les boursiers d’un complément de 300 euros par an. Tous bénéficient de la gratuité des frais d’inscriptions.

Création de deux diplômes universitaires

Depuis le 15 septembre, les deux plateformes d’accueil à Poitiers et à La Rochelle, ont reçu une cinquantaine de candidats au dispositif. Les cursus ouverts au plan sont clairement ceux qui « offrent les meilleurs taux d’insertion à la sortie », rappelle Sylvie Petitjean, directrice générale adjointe en charge de l’enseignement supérieur à la Région Poitou-Charentes.

Deux diplômes universitaires ont ainsi été créés : les DU « valorisation des compétences en entreprise » et « création et reprise en entreprise ». Les autres diplômes proposés sont les licences pros, les masters pros, les DUT et les BTS. Si le dispositif vise quelque 800 jeunes, Sylvie Petitjean prévient que les inscriptions seront limitées par le nombre de places disponibles, laissant mathématiquement plus de places libres en BTS.

Un « plan jeunes » qui relaye le plan jeunesse

Le budget de l’opération pour l’année 2009-2010 prévoit 630 000 euros de rémunérations de stagiaires et d’aides forfaitaires, 310 000 euros pour les frais pédagogiques et 50 000 euros pour le fonds d’aide sociale.
L’université prend à sa charge les droits d’inscription aux DU et l’accompagnement des étudiants. La Région et le Pôle emploi assumeront les rémunérations des stagiaires, et le Crous pourrait être mis à contribution pour l’aide sociale.

Ce plan « Jeunes diplômés » annoncé fin août 2009 par Ségolène Royal, a devancé de peu le plan jeunesse du Président de la République . Le Haut commissariat à la jeunesse de Martin Hirstch aurait promis sa contribution, à condition que l’accent soit mis sur l’offre de formations en apprentissage.


De notre correspondante, Philippine Arnal | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires