Newsletter

Laïcité : Najat Vallaud-Belkacem sollicite aussi l’enseignement supérieur

Isabelle Dautresme
Publié le - Mis à jour le
Envoyer cet article à un ami
Najat Vallaud-Belkacem présente son plan pour l'école après les attentats du début d'année, le 22 janvier 2015
Najat Vallaud-Belkacem présente son plan pour l'école après les attentats du début d'année, le 22 janvier 2015 // ©  Isabelle Dautresme

Former les enseignants, encourager les travaux de recherche sur la radicalisation, recruter plus d’enseignants-chercheurs dans les disciplines rares… La ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, a présenté son plan pour l’école à la suite des attentats contre "Charlie Hebdo" et l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes, jeudi 22 janvier 2015.

Comment transmettre les valeurs de la République à l'école ? C'est la question à laquelle a tenté de répondre Najat Vallaud-Belkacem, lors de la présentation de son plan pour l'école, jeudi 22 janvier 2015 à Matignon, au lendemain des vœux de François Hollande au monde éducatif.

Mieux Former les enseignants À la laïcité

Parmi les mesures présentées, la formation des enseignants figure en tête. Ainsi, les Espé (écoles supérieures du professorat et de l'éducation) devront accorder une place plus importante à l'enseignement des valeurs de la République et "plus particulièrement à la laïcité et à la lutte contre les préjugés", dans le tronc commun des masters Meef (métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation).

Les candidats aux concours des métiers de l'enseignement seront, quant à eux, évalués sur leurs "capacités à expliquer et à faire partager ces valeurs", a indiqué la ministre sans préciser la forme que prendra cette évaluation.

Le plan prévoit également qu'un bilan soit fait avant l'été 2015, dans toutes les Espé, "de façon à garantir l'homogénéité territoriale des formations".

un référent "racisme et antisémitisme" dans chaque université

L'université sera également sollicitée, "pour éclairer la société sur les fractures qui la traversent et sur les facteurs de radicalisation". Ainsi, les travaux de recherche relatifs aux causes de la radicalisation seront davantage soutenus.

La ministre a également annoncé, sans les chiffrer, des créations d'emplois d'enseignants-chercheurs dans les "disciplines rares", en lien avec le Moyen-Orient et les mondes musulmans.

Côté établissements, un référent "racisme et antisémitisme" devra également être désigné et "l'engagement citoyen des étudiants" encouragé.

Reste maintenant à voir si ces annonces seront effectivement suivies d'effets.

Lire aussi
La réaction du Syndicat national des chercheurs scientifiques (FSU) : Liberté de la Recherche (pdf - 27 janvier 2015)

Isabelle Dautresme | Publié le - Mis à jour le

Vos commentaires (3)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
ali-3737.

Le plus urgent, c'est de former les ministres à la laïcité. : - Neutralité - non reconnaissance et non financement des religions - respect de la loi de 1905 - application à l'Alsace Moselle et aux TOM - arrêt du financement des cultes et des enseignements religieux - arrêt des cadeaux fiscaux genre exonération du denier du culte. - abrogations des lois antilaïques : Debré, Barangé, Jospin, Lang, etc. - Monopole de l'Etat pour la collation des grades, suppression de l'accord avec le Vatican - non financement de la formation des imams - assignation à résidence ou expulsion des imams salafistes ou du même genre dans l'immédiat. ensuite, on pourra peaufiner.

John.

Avant de solliciter l'enseignement supérieur, il faudrait déjà y faire respecter les règles de la laïcité.

yann Bisiou.

L'instrumentalisation des SHS je m'en doutais, mais je ne pensais pas que cela irait aussi vite...