L'Edhec confirme ses investissements dans la finance climatique et développe ses campus

Caroline Celle Publié le
L'Edhec confirme ses investissements dans la finance climatique et développe ses campus
L'Edhec confirme ses investissements dans la finance climatique. // ©  Hugo AYMAR/HAYTHAM-REA
Avec "Générations 2050", l'Edhec entame sa stratégie 2024-2028, tournée vers la prochaine génération d'étudiants et ses défis environnementaux. L'école de commerce veut se "radicaliser", en dépassant le concept de RSE. Elle investira 270 millions d'euros sur quatre ans en mettant l'accent sur la finance climatique et recrutera 100 professeurs et chercheurs.

Jeudi 13 juin, l'Edhec a présenté son plan "Générations 2050". "Il s'agit de notre stratégie 2024-2028", explicite Emmanuel Métais, directeur général de l'école de commerce. Nous avons choisi ce nom pour nous projeter à l'horizon 2050, lorsque la prochaine génération d'étudiants intégrera l'école. Cette année sera décisive pour les enjeux environnementaux et sociaux de notre planète."

Opérer sa transition écologique

En 2028, l'Edhec prévoit d'accueillir 12.300 étudiants, contre 8.600 aujourd'hui et d'atteindre presque le double de son budget de 170 millions d'euros pour être à 250 millions d'euros. Elle va donc investir 270 millions d'euros sur quatre ans en mettant l'accent sur la finance climatique.

Pour opérer sa transition écologique, l'école affiche sa volonté de se "radicaliser", en dépassant le concept de RSE. Elle souhaite faire émerger des entreprises "Net Positive", devant avoir un impact positif sur l'environnement et la société, grâce aux technologies d'émissions négatives, par exemple.

Mais la notion d'impact positif est encore méconnue et manque de cadre. Pour mieux la définir, l'Edhec investit 21 millions d'euros dans la création d'un centre de recherche, le Centre for Net Positive Business. Elle veut aussi miser sur son Centre for responsible entrepreneurship pour former les étudiants et les entrepreneurs à créer des start-up plus écologiques et solidaires.

Un nouveau parcours flexible

Autre volet de son plan, l'Edhec veut davantage former ses étudiants à faire bouger les lignes au sein des entreprises. "Aujourd'hui, de plus en plus de jeunes choisissent leur emploi en fonction de son impact positif sur la société, constate Emmanuel Métais. Nos formations à la transition écologique comme le master en développement durable ne suffisent plus et il faut les transformer."

L'école lance donc, à la rentrée 2024, un parcours pédagogique flexible pour aiguiser l'esprit critique des étudiants et développer des ateliers de projets responsables. Ce parcours sera déployé dans l'ensemble des programmes et représenteront 20% des crédits ECTS à valider pour obtenir tout diplôme.

Au sein de ce parcours, les étudiants pourront avoir des cours de psychologie du management et participeront à davantage de projets locaux pour répondre à des problématiques sociétales.  

Créer une Climate finance school

L'Edhec met aussi en avant son expertise dans la finance climatique - qui regroupe l'ensemble des activités de finance verte destinées à lutter contre le changement climatique, à en atténuer les effets ou à s’y adapter - en doublant ses investissements.

De 20 millions d'euros de budget dans son précédent plan, elle passe à 41 millions en créant la Climate finance school. L'initiative vise à diffuser les savoirs sur la finance climatique dans les programmes des étudiants et auprès des acteurs publics et privés.

Elle doit aussi permettre de développer la start-up Scientific Portfolio, incubée au sein de l'Edhec. 

Cent professeurs et chercheurs supplémentaires

Pour mettre en œuvre la Climate finance school, l'Edhec s'appuie sur une politique de recrutement ambitieuse. Cent professeurs et chercheurs rejoindront les rangs de l'Edhec d'ici 2028, pour atteindre les 270 membres. Parmi ces nouveaux enseignants, certains participeront au développement de l'intelligence artificielle dans les programmes.

"Nous allons investir 20 millions d'euros dans un nouveau dispositif appelé Edhec AI, indique Benoît Arnaud, directeur des programmes. Il permettra notamment de développer de nouvelles approches pédagogiques, pour former les étudiants à l'IA."

L'école réfléchit aussi à s'appuyer sur l'IA pour faciliter son processus de recrutement, et mettre en place un système de tutorat pour ses étudiants en difficulté.

Le nouveau dispositif sera financé par la Fondation Edhec qui devient aujourd'hui une source de revenus à part entière de l'école et vise à atteindre les 50 millions d'euros de budget sur les quatre prochaines années.

Des campus hybrides

Enfin, l'Edhec investit massivement dans le développement de ses campus, à hauteur de 112 millions d'euros. "Ils doivent se moderniser pour correspondre aux évolutions de l'enseignement, explique Anne Zuccarelli, directrice de l'expérience étudiante. Nous allons donc valoriser le patrimoine de l'école pour faire des espaces hybrides."

Le campus de Lille accueillera, par exemple, une agora pour permettre aux étudiants et aux professeurs d'échanger facilement. Et le campus de Nice, situé sur la promenade des Anglais, accueillera 7.000 m² d'espaces pédagogiques supplémentaires en 2028.

Caroline Celle | Publié le