Les métiers du numérique veulent séduire les 15-18 ans

Céline Authemayou
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Les métiers du numérique veulent séduire les 15-18 ans
La chambre professionnelle des métiers du numérique, Syntec Numérique, a lancé le 17 janvier une campagne de communication à destination des 15-18 ans. Le regroupement d’entreprises entend susciter des vocations, grâce à une web-série humoristique baptisée « Les S’Nums ».

Le pari est osé : transposer l'univers du numérique dans une grotte préhistorique. Pour sa campagne de sensibilisation, Syntec Numérique a décidé de jouer la carte du second – voire du troisième – degré. A partir du 17 janvier, sera diffusée sur les réseaux sociaux une web-série composée de six épisodes baptisée « Les S'Nums ». Le but : faire connaître, de manière ludique les métiers du secteur et leurs avantages : mobilité internationale, évolution rapide, etc.

« Nous sommes aujourd'hui face à un paradoxe, constate Guy Mamou-Mani, président de Syntec Numérique. Notre secteur est dynamique, avec 35 000 créations d'emplois en 2012, mais les entreprises peinent à recruter. Les jeunes ont tendance à réduire le monde du numérique à leur utilisation quotidienne des réseaux sociaux. Ils ignorent encore trop souvent que de vrais métiers s'offrent à eux. »

"Pas une campagne de recrutement mais de sensibilisation"

Cette campagne – une première du genre pour Syntec Numérique et confiée à l'agence 6:AM - s'adresse aux lycéens et vise à leur donner envie de choisir après le bac des filières formant aux métiers du numérique.

Outre la web-série diffusée en deux temps (janvier-mars et avril-juin), la campagne de communication sera accompagnée d'une présence accrue sur Facebook et d'un social game, lancé en avril prochain. « Cet outil permettra aux jeunes d'appréhender le quotidien de ces métiers et de tester leurs compétences », explique Pascal Brier, vice-président de Syntec Numérique. Via le social game, les internautes pourront connaître les filières d'études menant aux différents métiers.

« Ce n'est pas une campagne de recrutement, note Guy Mamou-Mani mais de sensibilisation. Les adhérents de Syntec mènent des actions de court terme, pour recruter les jeunes diplômés. Notre volonté est d'intervenir en amont. »


Céline Authemayou | Publié le