Newsletter

L’Icam s'exporte en Inde

Marie-Anne Nourry
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Le Loyola-Icam College
Le Loyola-Icam College
L’Icam (Institut catholique des arts et métiers) s'est associé au Loyola College , une des meilleures universités indiennes, pour créer le Loyola-Icam College of Engineering and Technology. A la rentrée 2010, 300 étudiants indiens, sélectionnés parmi 1400 candidats sur leurs résultats au baccalauréat, ont pu découvrir l’établissement, encore en construction.

C’est le hasard qui a mené l’Icam à Chennai (anciennement Madras), dans le sud de l’Inde. La suite n’a pas été sans encombre. « Il a fallu dépasser les barrières culturelles, prendre le temps de se comprendre », raconte Jean-Michel Viot, directeur général de l’Icam. « Heureusement, nous avons bénéficié du soutien actif des Jésuites (fondateurs de l’Icam en 1898 et du Loyola College en 1925) et des entreprises françaises implantées en Inde, qui ont accepté de s’embarquer avec nous dans l’aventure. »

Un partenariat comparable à une joint venture

« Un ingénieur de l’Icam et un Jésuite indien du Loyola College ont été détachés pour travailler ensemble sur le projet », poursuit Olivier Barreau, directeur des études. Après deux années de préparation, un investissement de départ de 12 millions d’euros, l’école a pu accueillir sa première promotion. « On peut comparer ce partenariat à une joint venture. »

Former des ingénieurs « cross-culturels »

Chaque année, le Loyola Icam College délivrera le bachelor of engineering (bac + 4) à 500 étudiants indiens. Dans chaque promotion, un groupe de 50 étudiants indiens et français suivra un parcours « cross-culturel », en partageant trois années de formation : un an en Inde et deux ans en France. « Enrichis des deux cultures et diplômés de l’Icam, ces jeunes seront capables de travailler dans un environnement international », soutient Jean-Michel Viot.

Un système de prêts d’honneur sera mis en place pour les étudiants issus des classes les plus défavorisées. « Nous nous sommes fixés un quota de 20 à 30 % d’étudiants hors castes dans chaque promotion », déclare Olivier Barreau. D’après lui, le système des castes n’est pas aboli mais il y a toutefois une régulation.

Un enseignement professionnalisant
350 000 ingénieurs sont diplômés en Inde chaque année. « Les étudiants indiens apprennent les cours par cœur et se trouvent ainsi souvent démunis lorsqu’ils doivent appliquer leurs connaissances », note Jean-Luc Souflet, président de l’Icam. Ainsi, l’enseignement dispensé par le Loyola Icam College se veut plus professionnalisant. L’équipe pédagogique compte pour l’instant 20 enseignants indiens, spécialement recrutés par l’école. « Plus d'une dizaine d’ingénieurs Icam en retraite, qui ont accepté d’effectuer des missions ponctuelles en Inde », ajoute Jean-Luc Souflet.


Marie-Anne Nourry | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires