Newsletter

Coursera, LinkedIn et mentoring : l'innovation made in USA

Jessica Gourdon
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'innovation made in USA
L'innovation made in USA
REVUE DE PRESSE ÉTATS-UNIS. Changement de paradigme pour Coursera, LinkedIn s'intéresse aux lycéens et levée de fonds d'un site de mentoring entre lycéens et étudiants.

Coursera teste un nouveau business model

Ne plus payer cours par cours, mais via un abonnement mensuel : tel est le business model que commence à tester Coursera depuis novembre. Un modèle de plus en plus courant, adopté par de multiples sites proposant des contenus en ligne, de Netflix à Lynda.

Pour Coursera, ce changement est "avant tout psychologique". Ce mode de paiement (optionnel) doit inciter les étudiants motivés à terminer leurs cours plus rapidement et à en commencer d'autres pour profiter de leur abonnement – et ainsi obtenir une "spécialisation" (la marque de fabrique de Coursera, ensemble de six ou sept cours autour d'une thématique).

Le prix des abonnements varie de 30 à 89 dollars par mois. D'après des tests de Coursera, les élèves seraient deux fois et demi plus enclins à terminer une spécialisation lorsqu'ils paient un abonnement mensuel plutôt que cours par cours. Dans ce nouveau système, il est toujours possible de suivre les cours gratuitement (sans certification) – mais ce nouveau modèle est un pas supplémentaire pour engager les élèves à payer.

À lire sur "TechCrunch"

Les universités consultent le profil linkedin des lycéens qui postulent

Les responsables des admissions dans les universités américaines regardent de plus en plus les profils LinkedIn des lycéens qui postulent dans leurs établissements. Tel est le constat dressé par le "New York Times", alors que les jeunes de 14 à 18 ans sont de plus en plus nombreux à se créer un profil sur ce réseau. Coachs et conseillers d'orientation le recommandent désormais.

LinkedIn permet aux lycéens, dans le cadre de leurs candidatures, de mettre en valeur leurs réalisations, leurs dissertations, leurs résultats, leurs engagements associatifs, leurs loisirs : Linkedin devient un outil de différenciation et de promotion personnelle. Et aussi, un "mécanisme de défense" contre la propension des responsables des admissions à jeter un coup d'œil sur l'activité Facebook ou Twitter des candidats. Reste que cette tendance met, selon le journal, une forte pression sur ces jeunes, et accentue la différenciation entre les milieux sociaux.

À lire dans le "New York Times"

CollegeVine, un service de mentoring online, décroche 3 millions de dollars

Mettre en relation les lycéens avec des étudiants afin que ceux-ci les conseillent sur leurs dossiers de candidature dans le supérieur, leurs choix d'établissements, leurs stratégies... Voilà le principe de CollegeVine, une start-up de Boston qui vient d'effectuer une levée de fonds de 3,1 millions de dollars.

En payant un abonnement mensuel ou un tarif fixe, les familles des lycéens peuvent consulter un étudiant formé et rémunéré par CollegeVine, qui répond à leurs questions en ligne. Celui-ci peut les aider à relire une lettre de candidature, leur expliquer ce que l'établissement attend du lycéen, faire passer un entretien blanc au jeune, etc.

La proximité générationnelle et émotionnelle entre l'étudiant-mentor et le lycéen est la clé du fonctionnement de ce système de mentoring, estime le patron de CollegeVine, qui veut concurrencer les milliers de coachs, mentors et conseillers d'orientation professionnels qui existent aux États-Unis. Plus de 1.000 lycéens ont déjà souscrit ce service.

À lire dans le "Boston Globe"


Jessica Gourdon | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires